Série mode: Veja x M/M

Cécile boxe avec les DL Clémentine Blood en cuir tanné aux extraits d’acacia et caoutchouc sauvage d’Amazonie

 

Le but était de décontextualiser Veja. Connue pour son aura verte, respectueuse autant de la planète que de l’être humain, la griffe est d’abord présentée pour ses qualités éthiques et moins pour ses valeurs « modistiques ». C’est beau de voir qu’un objet d’ornement peut être considéré comme intellectuel au vu des parutions dans Le Monde ou même Libération. Or il était intéressant de mettre la griffe sur un autre axe pour voir ce que ça donnait, de mettre aussi en valeur son fluide mode. En plus, c’est la période où la running orne tous les pieds couture de la planète, c’est pile poil le bon moment pour triturer cet objet et le traiter en accessoire de mode avant tout le reste.

 

emmanuel

 Emmanuel se pomponne avec les Arcade, London Red Burgundy, en toile de coton bio et caoutchouc sauvage d’Amazonie

 

On a comme l’impression que Veja n’est presque connue que pour son label écolo. C’est dommage car il existe une gamme très diversifiée qui va de la simple basket de toile à la sneaker de ville en cuir d’un chic absolu, en passant par la running aux allures rétro. Le lookbook est extrêmement beau et très bien fourni d’ailleurs. À voir. Il n’y a donc pas que l’aspect éthique qui est intéressant, mais bien une affaire de mode que l’on oublie trop.

 

jules

 Jules préserve la nature avec les derbies Greg Asner en toile de coton bio et caoutchouc sauvage d’Amazonie.

 

On désire ces cuirs travaillés à la main qui sentent la qualité mais on a aussi envie de paraître ultra moderne quand on dira que l’imprimé de notre basket a été réalisé à partir de photos thermiques prises pendant un vol au-dessus de l’Amazonie. Ça en jette. En plus de consommer intelligent dans le respect de la condition humaine, Veja nous transporte dans un monde de qualité esthétique pour un budget abordable. Il fallait en parler, bordel ! C’est assez rare pour être noté. Alors que Bruno Pieters s’est lancé dans une affaire couture complètement éthique et que la question se pose de plus en plus dans le milieu de la mode, Veja fait figure de pionnière dans cet engagement et on a peut-être oublié de parler aussi sa créativité débridée.

 

shania

 Shania lit avec les Méditerranée, Auburn Moonrock en nubuck tanné aux extraits d’acacia et caoutchouc sauvage d’Amazonie

 

La cerise sur le gâteau, c’est que Veja est une marque avec laquelle on peut tout faire ; voilà le constat. Comme toutes les baskets, on peut pratiquer n’importe quel sport, c’est leur fonction première. On n’est pas cons, non plus. On peut les porter pour aller en soirée, certains modèles faisant penser à des baskets de ville avoisinant la chaussure de créateur à la « Common Projects ». Classe. Tout autant que les modèles sobres font très « cérébral » : du coup, pas de problèmes pour se rendre au bureau. On peut tout faire en Veja et, encore une fois, avec cette idée que l’on consomme ultra intelligent et surtout écologique. Du coup, Veja fait jouir et là, vous comprenez le concept et vous avez notre processus créatif. Emballez, c’est pesé : dégustez !

 

stev

 Stèv jouit en Veja Auburn, en cuir tanné aux extraits d’acacia et caoutchouc sauvage d’Amazonie

 

Cécile David est aux commandes de la scénographie et d’une sélection pensée dans la diversité ; Jules Faure est derrière l’objectif. Pourquoi changer une équipe qui gagne ? Brutalité, minimalisme et concept second degré, recette élégamment appliquée par le duo David-Faure. Et moi ? Je me branle dans une chaussure. Je jouis car je trouve ça cool que l’on est imaginés une façon sobre de présenter un accessoire là où on ne l’attend pas. Veja devrait déjà avoir obtenu ses galons dans des séries mode couture où règne le mix and match.

 

giulia

Giulia consomme les Veja Derbies, Sun, Clementine et Barbade en toile de coton bio et caoutchouc sauvage d’Amazonie

 

Veja x Monsieur/Mademoiselle : un vrai travail d’équipe, vu que c’est bien notre crew qui pose. Un mélange des idées que nous évoquait la basket. Un mélange des inspirations pour exposer, d’une façon inhabituelle, cet objet qui représente nos valeurs. Et puis pourquoi faire un casting quand on a de telles tronches à disposition ? Avons-nous réussi le pari de vous surprendre ? On est fiers d’avoir travaillé avec cette marque. En tout cas, c’est notre vision de cette griffe qui nous parle… Vous voulez tester ? Y en a une pléthore de disponibles à la boutique du Centre Commercial au 2 rue de Marseille, près de République et sur le Veja store. Allez voir si vous trouvez chaussure à votre pied. Nous, c’est déjà fait.

 

RÉALISATION: CÉCILE DAVID ET JULES FAURE

MISE EN BEAUTÉ: CHLOÉ RIBERO

TEXTE: STÈV ROMANI-SOCCORO

 

Bien à vous.

Envie de réagir ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑