SALE! x ENTREPRISE records

Tu viens de terminer ton weekend et tes oreilles débordent de house et de techno, tu sens le beat te porter jusque dans ton lit et les acouphènes en symphonie. Plus jamais ça que tu te dis, mais le weekend suivant arrive et avec lui le Vendredi. Alors que faire sinon changer, La SALE! arrive à point nommé. Hashtag rime, hashtag JJRousseau, hashtag la Sale is BACK.

On va dédier ce Vendredi au label Entreprise, chevalier remportant toutes les batailles de la jeune garde Française à coup de succès fracassants et de mélodies exaltées.

On aura Moodoïd dont l’album unanimement salué par la critique est une des meilleures surprises que notre pays nous ait donné cette année. De la world-music sous extasy mélangé à du krautrock halluciné, il viendra nous effectuer un dj set de haute volée entre novodisco et rock chafouin, pour qu’en un tour de main l’homme de tes rêves se retrouve entre tes reins.

On aura aussi Jérôme Echenoz a.k.a Tacteel dont la présence à la SALE! semble hyper naturelle tant TTC, dont il fut un des producteurs, représenta dans ses grandes heures ce qui se fait de mieux en terme de production au ciseau sur lyrics au couteau. Passé par le purgatoire de la chanson française, il viendra mixer des 45 tours avec l’innocence du nouveau né Bâtard sensible devenu bébé requin.

Puis viendra le tour d’Alto Clark, distributeur sonore quasi chamanique dont le but non caché est de faire groover les masses. Du booty hip-hop crasseux à la techno de backrooms la plus chaude, c’est toujours bien pensé, doux et dur à la fois. Une mixtape de Sébastien Chabal plongé dans le monde des Bisounours.

Pour envisager l’introduction et la conclusion de cette nuit vos deux chevaliers servants Jules & AUBRY vous concoteront un de ces B2B dont ils ont seul le secret et que le monde entier leur envie.

sale-entreprise

SALE! N°17 – ENTREPRISE LABEL NIGHT –> Moodoïd / Jérome Tacteel Echenoz / Alto Clark + Jules & Aubry

6-02-15 / 10€ / 23h- … / Social Club – 142, rue Montmartre – Paris

Jules: Guérilla sonore et putasseries vicieuses

Jules Faure est connu pour son imagerie brutale, sans concession, comme une mise à nu ultime de son objet de convoitise… Le directeur artistique de Monsieur/Mademoiselle, photographe Europe pour American Apparel, n’a pas son pareil pour irriguer son art d’une force crue qui peut autant mettre en émoi qu’inciter à la réflexion. Pourquoi y aurait-il un compromis quand le doux enfant du diable s’octroie les platines des clubs de la capitale française ?!
 
jules-dj
 
Il commence au côté de Reno, des House of Moda, en s’exerçant au métier dans différents bars et clubs avec des soirées déjantées où looks aphrodisiaques et pépites musicales ne font qu’un. De Faure à Jules, d’oiseau à condor, il n’y a qu’un pas qu’il franchit avec une violence assez extrême. Quand le petit sort de la pouponnière, ce n’est pas pour jouer aux Lego©. Héritier de la génération rave, il pourrait avoir comme maître Manu le Malin et comme frère d’armes Boyz Noise. Jules est un de ces taquins qui connaît les vagues électroniques froides et minimales amoureuses d’une techno bestiale dure, presque intransigeante, qui rappelleront à beaucoup la transition entre les camions dans les forêts ou hangars improbables aux clubs les plus underground de Berlin ou Cologne.

Adepte de la guérilla sonore, le club est son champ de bataille. Vous êtes sa religion. Il veut vous voir suer, vous embrasser, il veut créer le désir des corps dans une violence chimique que seul le son guide. Il garde de ses maîtres l’atout des drops et des basses pour vous faire croire à la descente alors que vient le chaos. Joueur d’échecs électroniques, il ne serait pas artiste s’il ne planifiait pas quelques putassseries sonores vicieuses issues aussi bien de sa culture italo-disco que de son amour pour les années 80 ou même pour le… cinéma ! Rares sont les sets où l’on ne croise pas une actrice ou une chanteuse qui raconte des cochonneries avant de nous embarquer dans un beat d’une férocité animale. Et dans un rituel chamanique, il est l’heure de vous abreuver d’un mélange où vous retournerez à l’état sauvage, où l’orchestration est l’ultime clef de votre libido.
 
Jules-dj
 
Jules n’est pas de ceux dont la musique est d’un intellectualisme propre, où les enchaînements se doivent d’être en adéquation avec la perfection. Il est l’élève audacieux qui ose la vulgarité pour en faire de la beauté. Il est le François Ozon que l’on rencontre après minuit quand les bras se lèvent dans la fosse sombre des inconnus, où le DJ enchaîne son rythme tonitruant comme le gourou entonne ses prières. Il veut vous salir, vous mettre à nu, vous donner accès à la pornographie sonore la plus crasseuse afin que votre corps ne connaisse qu’un orgasme dilué et sans fin.
 

 
Aujourd’hui, co-fondateur et résident de la SALE !, notre soirée improbable où il se régale en jouant avec vos organes génitaux en B2B avec notre rédac’ chef musique, Aubry, Jules n’en finit pas d’avoir ce sourire en coin et coquin quand il construit ses sets remplis de cul. Nous sommes aujourd’hui sûrs d’une chose : le petit est devenu grand. Sortie de sa tanière, la bête est réveillée, prête à vous manipuler pour que vos sens exacerbés aient envie de toucher celui qui transpire la joie à côté de vous. Jules se vit dans un excès d’endorphine, comme un sport trop peu pratiqué mais qui n’invite qu’à la douche pour se réveiller d’un sentiment fuligineux qui colle à la peau, sans oublier les courbatures des jambes et des bras. Définitivement, Jules est l’atout sonore des pornographies les plus féroces et ce n’est certainement pas ton célibat autant que tes oreilles sanglantes qui s’en plaindront… Rendez-vous à La Baie et à la SALE ! pour un plaisir qui n’aura plus jamais la même saveur après écoute…

 

Bien à vous.

Du tout au rien: Happy Birthday M/M!

Putain ! 5 ans déjà !

 

On commence sur un coin de table dans une cuisine bruxelloise. Parce qu’on se fait chier dans un boulot alimentaire à la con et que, bon, pourquoi pas ? Parce qu’on a envie d’ouvrir notre gueule, de débattre, partager, rêver… sans prétention aucune, car même si Carine nous fascine, on n’est pas LA Roitfield. On se prend au jeu, on se laisse bercer par la vague… belge et ses nouveaux blogueurs de charme.

Arrivés certainement au bon moment, au bon endroit, on profite de l’émulation : les défilés, les comptes rendus, les trucs de conasses entre blogueuses mode. Le champagne coule à flots et ce sont les premières expériences avec ELLE. C’est la reconnaissance, c’est le bonheur jusqu’au pays du Père Noël avec Marlies Dekkers et… BAM  ! Prix du meilleur blog mode par le Vif Express, aussi inattendu que ce discours qu’on a dû prononcer, ivres morts, alors qu’on ne pensait pas avoir une chance de tenir ce petit bout de plexiglas dans les bras.

 

vif-express-blog-awards

 

Reconnaissance et pourtant grosse gueule de bois : cette mode qu’on a tant aimée est devenue le mot le plus vulgaire de notre vocabulaire. Ah ça non ! On ne peut plus la blairer, « la mode ». Elle pue l’industrie du fric et du gaspillage. On n’a pas la science infuse, hein ! On s’est juste fait une opinion. On est allés étudier son histoire au Canada, rencontrer la nouvelle vague new-yorkaise qui galère, suivre les jeunes qui sortent des écoles, travailler dans la presse classique et même dans la fast fashion. Résultat ? Qui aurait dit que nous en serions là après 5 ans ? Du tout au rien, de l’amour au dégoût, de l’avilissement à la bataille ! Ah, on n’est pas peu fiers chez M/M ! Nous partîmes 2 ; mais par un prompt renfort, nous nous vîmes tout un monde en arrivant à la Fashion Week… Parce qu’il ne faut pas se leurrer ! Entre les enculés de chez LVMH qui se font des couilles en or en surfant sur des héritages historiques qui ne leur appartiennent plus, les Hontes & Misères qui nous empoisonnent tout en réinventant l’esclavagisme moderne, le gâchis indécent d’une industrie qui n’en peut plus de produire de la merde sous couvert d’être toujours plus tendance, l’indigestion nauséabonde ne pouvait qu’être la seule issue pour une passion devenue défraîchie.

 

logo-m-m

 

La jeunesse créative prend alors le relais pour aller chasser la dinde carnavalesque ridicule qui vient parader deux fois par an aux Tuileries. Les petites mains et les plumes les plus acérées se sont levées pour mettre une bonne torgnole à toutes ces journalistes et blogueuses corrompues jusqu’à leurs démêlants capillaires. Si ce n’est pas honteux d’en être arrivé à un stade où tout le monde sait qu’il n’y a plus de libre arbitre mais que finalement le troupeau suit, bêta, mâchouillant le moindre phénomène comme une vache broute son herbe.

 

Nous ? On ne gagne pas une tune parce qu’on ne vendra jamais notre espace de liberté à des marques pourries, comme des gigolos vendent leur cul.

La-baie

 

On fait des marchés de fripes parce que c’est écologique, on défend le jeune qui s’exprime avec trois morceaux de tissu et deux paillettes dans son appartement-cave parce qu’on croit à la solidarité, à la sincérité, à l’éthique créative. On s’en bat les couilles de la suivre, « la mode », parce qu’on s’en bat les couilles des vendus qui la dictent. Aujourd’hui, chez Monsieur/Mademoiselle, on la vomit, la mode. Ce qu’on aime, c’est s’habiller. Ce qu’on aime, c’est les vêtements, les vrais, ceux qu’on commande à Bowsdontcry, Midnight Rendez-vous, Romain Brau, William Gendarme, Patrons, Mal-Aimée, et on en passe des plus talentueux encore. À ces jeunes qui croient d’abord à leur savoir-faire et à ce qu’ils ont envie d’exprimer et à ce que vous, vous avez envie d’exprimer ! La tendance ? Une obscénité tellement vue et revue qu’elle n’a plus rien de… tendance ! Et c’est grâce à ce foutage de gueule stupide qu’aujourd’hui, M/M vit de fête, de musique, de performances, de nouvelles formes d’art, s’étend, se propage et collabore encore et toujours pour aller vers de nouveaux horizons… On écrit à notre rythme par flemme (reconnaissons-le) et aussi parce que quand il n’y a rien à dire, mieux vaut se taire. Fermer sa gueule pour ne pas être obligé d’évoquer ce néant de Nabilla. Pas de buzz, et… ? On va, vit, danse, boit, chie, baise… doucement et on est PUTAIN de fier de ça.

 

La-baie

 

Monsieur/Mademoiselle, c’est l’apologie du beau, du lent, du pur, de l’éthique, de l’écologique, de l’amour, des copains qui deviennent famille. Et ça grandit, grandit, grandit… petit à petit… Que tu nous aimes ou pas, ce n’est pas grave parce qu’on y croit, à notre rêve d’un monde où tu troqueras ta broderie contre un DJ set à ton anniversaire, parce qu’on préférera toujours s’habiller chez Emmaüs qu’avoir un sac Louis Vuitton fabriqué par dix enfants chinois. Des voix plus connues que nous commencent à gronder et à balayer les Géraldine Dormoy, Betty et autres GaRANCE. Le tri se fera tout seul… Viens danser avec nous, la RÉVOLUTION APPROCHE !

 

Monsieur/Mademoiselle fête ses 5 ans tout en amour et opinions tranchées ! À samedi ! Bisous.

 

PS: Un GRAND, GRAND, GRAND MERCI à tous les collaborateurs qui sont tellement nombreux qu’il est impossible de tous les citer, mais un big up à Emmanuel Charpin, qui a supporté toutes les fautes d’orthographe depuis le putain de début !
 
Bien à vous,

Stèv – Rédac’chef

SALE! : LIZA MONET LIVE!

 

$ors ta purple money, SALE! crew fête son anniversaire en mode gros calibre.

 

Pas de dentelles, de froufrous et de chichis, ce soir c’est la poétesse du franc-parler qui va te faire bander! Liza Monet is in da SALE! pour un live intense et crasseux, riche en coquineries en tout genre et autres explicit lyrics. Balance les chaines en or qui brillent et exprime le gangsta qui est en toi, on rend hommage aux polos Lacoste et autre métis aux yeux verts… La Jeanne d’Arc exotique au combat bien moins catholique fait partie des meufs qui n’ont rien à cacher. Liza Monet affole la toile depuis 2012 avec ses paroles aussi crues qu’à la sortie d’un abattoir et ses courbes affriolantes. Madame bip A.K.A Madame Bitch n’a aucun tabou et s’en bat les couilles de ce que tu penses d’elle. Ça tombe bien, on kiffe la liberté et quoi de mieux pour te rappeler que tu fais ce que tu veux de ton cul avec Miss Monet? Alors Laisse ton zoom zoom zang, dans ta Benz Benz Benz, tu vas être dingue dingue dingue…
 
sale-liza-monet

Tu croyais qu’on allait s’arrêter là?

 
Trop de vice en nous pour te laisser respirer. Double gifle et clash des cultures avec une surprise spécial SALE! par Ryan Heffington , le chorégraphe derrière le « We Exist » d’Arcade Fire, « i try to talk to you » de Hercule + The Love Affair ou encore le « Fjogur Piano » de Sigur Ros pour ne citer qu’eux. Après avoir gagné un VMA awrds pour le « Chandelier » de SIA, Ryan s’est dit: « Tiens si j’allais me salir un peu avec Liza Monet ».
 
On t’a fait un beau cadeau pour fêter l’anniversaire de Jules, Romain et Stèv. Maintenant on ne te demande qu’une seule chose: l’ensemble de tes sécrétions corporelles sur la piste du Social Club le jeudi O.K du 30 octobre.

HAPPY SALE les cochons de l’amour!

 

SALE! – Guest: PLAISIR DE FRANCE!

T’as bien dandiné ton petit cul tout l’été dans ton micro short en jeans sur toutes les plus belles plages du monde mais maintenant c’est la CRISE: Adieu Joao petit amant portugais. Adieu Bradley ce hipster brooklynois qui t’a tant fait fantasmer. Adieu les bordels de Hong-Kong et autres sud-américains chaleur ma soeur. C’est le retour à la réalité et faut se trouver LE mari qui tiendra chaud à tes petits pieds pendant l’hiver.

Ça tombe bien SALE! is back on track avec un guest de type saleté extrême! PLAISIR DE FRANCE va se faire une joie de t’éclater le slip en mode grosse gaule de l’amour grâce à sa pop rance et son éléctro moitasse. Après la sortie de sa compil, « état des lieux », on ne pouvait que se toucher à l’idée de recevoir ce petit génie du remix qui éclate les barrières de la France touche.
 

 
Au programme: touche pipi, éjaculation des oreilles, Techno de l’amour par nos deux fidèles résidents, AUBRY & Jules au bord de l’apopléxie depuis qu’il ont laissé leurs platines dans les backrooms.

T’es prêt à rouler de la pelle bien dégoulinantes de sueur parce que tu ressortiras pas indemne !!! Croix de bois, croix de fer, tu seras sous poppers sinon on ira en enfeeeeeeeeerrrrrrr!
 
sale-plaisir-de-france
 

SALE! #13 – Special guest ► PLAISIR DE FRANCE + Jules & Aubry.

Vendredi 5 septembre – 21h / 3h – FREE

Acte 3 – 94, rue Quincampoix – Paris 3

Clubbing: SALE!

C’est samedi et samedi, c’est PARTYYYYYYYY! 

 

Ce soir pour la fête de la musique, on organise une petite sauterie qui s’annonce M.É.M.O.R.A.BL.E!

11 DJ’s se relaieront pour 12h de mix pornographique INDOOR & OUTDOOR. Au programme: de la bière fraiche, des jolis garçons par milliers, des caleçons qui suent et des langues impatientent. C’ets la dernière SALE! de la saison et on voulait finir en beauté!

Nizar, The Man Inside Corinne, Maxime Iko, Nicol, Marion, Qdelich, Bijou Premier, Amina Oui et bien sûr nos sulfureux résidents, Jules & Aubry seront là pour faire monter la température à l’extrême… T’es prêt? Sors couvert, tu n’échapperas pas à la grande touze de l’amour!

 

sale-fete-de-la-musique

 

« Pour clôturer en beauté cette saison d’une SALE! riche en roulage de pelle, slip mouillé, musique électronique pornographique et autres dégueulasseries en tout genre, le SALE! Crew vous invite à une mega touze de l’amour en famille! 

Parce qu’on vous aime, parce que vous les avez aimé, parce qu’ils vous ont fait danser tout au long de cette année, on a réuni les copines-cousines pour draguer tout au long d’une soirée de 12 putain d’heures! Parce qu’on sait TOUS que la fête de la musique c’est quand même bien ramasse, on voulait voir tout vos petits culs bouger dans la sueur en vous faisant des coeurs avec les mains…

A partir de 16h on installera un clubbing à l’extérieur du notre maison close préférée: l’Acte 3! Bouée gonflée de votre amour pour chiller autour de la bière qui coulera à flots, 10 Dj’s se succéderont aux platines pour finir de vous achever avant un été de vacances au Cap d’Agde évidemment.

Peinture d’un film érotique réalisé à même votre corps, Bijou, Amina Oui, Nicol, Marion, Sébastien Vion, Qdelich, Maxime Iko, Nizar et bien évidemment Aubry et Jules, nos résidents du cul vous passeront dessus tout à tour en mode Gang Bang Musical.

Vous êtes prêts? On l’est. On t’attend. SORS COUVERT, ON NE DONNE PAS CHER DE TON CALEÇON! »

ACTE 3 – 94, RUE QUINCAMPOIX / 16H-4H

Facebook event

Mauvais Goût + SALE! + CRISIS / Vidéo: Maxime Brau.

C’est samedi et samedi c’est partyyyyyyyy!

 
Pour notre participation au Marvellous Island festival de cette année, Maxime Brau nous avait concocté un vidéo promo qui retrace 2 ans de Mauvais Goût, tout autant de visuel de la SALE! mais Jules nous avait aussi filmé pendant notre Bazar de Pâques avec seul mot d’ordre: « HYSTÉRIE COLLECTIVE ». Vous pensez bien qu’on s’en est donné à coeur joie! Romain Brau et son cultissime lancé de cheveux. Aubry, nu, sexy, violé par la caméra. Jules au firmament de son charme. Les performers Enzo Di Karina, Aswad Al Masrahi et Akim De Mehdi VI en total osmose avec leur corps tandis que Reno et Barbara Butch sont en pleine séance de clubbing techno-guingette. OKAY, ça dure 16mn mais y’a plein de jolis garçons à poil dedans, la musique est cool et puis, nous, ça nous rend fier.

 

Une petite vidéo qu’on est content de poster pour partager avec vous tous ces moments de bonheur et de fête qui n’existerait pas sans vous! Alors MERCI / COEUR / COEUR / COEUR / AMOUR.

 

Bien à vous.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑