Série mode: Fantasme goudronné

Flânerie lors d’une promenade dans votre chère et tendre ville : il fait beau, le soleil tabasse vos bras nus, un petit vent frais atténue la chaleur implacable, vos lunettes de soleil vissées sur le nez font rempart entre vos yeux et ce que vous matez du coin de l’œil… Personne ne vous voit mais la salive dégoulinant de votre bouche vous trahit.

 
fantasme-goudron

fantasme-goudron

Pull: James Long / Chemise: Tillman Lauterbach / Pantalon: Charles Anastase / Shoes: Diego Vanassibara / Casquette: New Era x Juun J

 

Ils sont partout, ces garçons de la rue, archangéliques, fantasme goudronné capturé en quelques secondes par un regard photographique. Quelques secondes où le hipster à chemise bariolée, le businessman rentrant de la Défense, le skateur juvénile ou encore le hippie de la fac de lettres se transforment en amant créé de toutes pièces par votre cerveau. On le regarde furtivement de la tête aux pieds, on se retourne sur son passage, matant ses fesses. On espère qu’il se retournera aussi et on s’invente sa propre histoire : un sourire, un échange de regards, le cœur qui bat fort et vite. On ne sait pas quoi faire, il vient nous parler, il est ému, bégayant l’envie de se revoir… Pouf ! Fantasme goudronné, ça n’arrive que dans nos rêves. Une échappée du réel qui donne de la puissance à nos envies. Histoire que l’on aimerait raconter quand on demande : « Comment vous êtes-vous rencontrés ? » Ah, ces garçons que l’on croise à longueur de journée…

 

fantasme-goudron

Sweat: Walter Van Beirendonck / Pantalon: Andrea Cammarosano / Bonnet: Tillman Lauterbach / Shoes: Juun J

 
On espère le retrouver dans la nuit noire des clubbing les plus moites, il nous servira de pornographie imprimée à l’aube du coucher. Il est de ces poésies d’amour que l’on aimerait voir écrites un jour sur du vrai papier. Continuez de vous retourner ! Chaque fois qu’il intimide vos sens, il se pourrait bien que vous soyez son fantasme goudronné.
 

fantasme-goudron

fantasme-goudron

Cardigan: Henrik Vibskov / T-shirt: Gareth Pugh / Pantalon: Henrik Vibskov / Shoes: Juun J / Casquette: New Era x Juun J

 
Ah, qu’il est bon de rêver au cours d’une journée dont le but est de ne pas en avoir. Croiser les garçons d’une minute qui deviendront par notre imagination ceux d’une vie. Qu’il est bon de flirter avec ses songes, d’ensemencer un jardin dont nous sommes les seuls à avoir la clef. Illusion ultime où la chaleur  développe la chimère et l’improvisation de l’excitation: quand le corps ne réagit plus qu’à l’excès, quand le désir dépasse toute modération morale… Que l’érotisme est divin dans la complexité notre propre soi.
 

fantasme-goudron

fantasme-goudron

Fourrure: Romain Brau / Débardeur: The Soloist / Pantalon: Walter Van Beirendonck / Shoes: Juun J / Lunettes: Vintage

 
Mise à l’honneur de ces inconnus qui ne font que passer comme des fantômes, qui ne savent rien de la sensualité qu’on leur accordent et de la jouissance qu’ils nous procurent. Sacrement de ces anonymes qui nous tourmentent. L’envie d’une série Mode où l’homme est un objet sexuel comme les autres… L’envie de manipuler le fantasme pour le rendre palpable.

  fantasme-goudron

 
Il est de tous les styles et de toutes les cultures, appropriez-le-vous. Faites-en le jouet de vos nuits : nous l’avons photographié pour ça. Il est à vous, on vous l’offre. C’est notre cadeau de retour, un vice que l’on a tous eu à un moment ou à un autre, inavoué souvent, évident parfois : les garçons de la rue, ce fantasme goudronné.

 fantasme-goudron

fantasme-goudron

Gilet: James Long / Chemise: Walter Van Beirendonck / Pantalon: Cédric Jacquemin / Shoes: Clarks Vintage

 

FANTASME GOUDRONNÉ

Une série mode réalisé par le M/M CREW

Photographie: JULES FAURE.

Stylisme: CÉCILE DAVID.

Texte: STÈV ROMANI-SOCCORO.

Modèle: AUBRY FARGIER.

Direction Artistique: STÈV ROMANI-SOCCORO, JULES FAURE, CÉCILE DAVID.

THANKS TO: RA, LAURENT KAUS, ROMAIN BRAU.

 

Bien à vous.

Report : Henrik Vibskov’s « Neck Plus Ultra »

 

On tuesday night, while my lovely editor-in-chief was about to enter Jacquemus‘s last fashion show, I stepped into the bustling Galeries Lafayettes and ran up to the first floor to attend the opening of the Galerie des Galeries‘s exhibition on Henrik Vibskov.

 

IMG00272-20130226-1856 IMG00273-20130226-1900

 

Henrik is an incredibly tall, light haired Danish designer, graduate of the oh-so-prestigious Central St Martins, winner of numerous awards, and now a member of the Parisian Chambre Syndicale de la Mode Masculine. He’s been designing menswear since 2001 and womenswear since 2011 and is incidentally drummer for the band Trentemoller. What’s most interesting about his approach to fashion is the way it has been interwoven with visual arts, performance art, dance & music from the beginning – notably through the scenography of his fashion shows and his work on colorful patterns.

 

IMG00267-20130226-1847 IMG00266-20130226-1846

 

Organised around the themes of the body (the neck, body distortion / dislocation) and the processing of textiles, his first solo exhibition features an eclectic selection of artworks such as photographs, a video installation, jigsaw puzzles, woven paintings and sculptures made of natural, almost unprocessed wool among others. There was also an eerie puppet show to what seemed to be the soundtrack of his last fashion show.

 

IMG00264-20130226-1839 IMG00268-20130226-1848

 

But above all things, you’ll be able to purchase some goodies – beautiful socks, notably – and get a closer look to the installation entitled « Bird Kite Necks » that was featured in his last menswear show (the « Stiff Neck Chamber »). I took a liking to this outlandish jungle of upside-down black flamingos (a recurring motif in his work), a perfectly paradoxical mixture of the graciousness of the birds, slaughterhouse hooks and South-American funeral rites.

 

IMG00269-20130226-1853

From February 27th to May 4th at La Galerie des Galeries (1st floor of Lafayette).

 More at : http://www.henrikvibskov.com

 

Baisers,

E.

Série mode: les amoureux d’automne


les-amoureux-d-automne

les-amoureux-d-automne

Les-amoureux-d-automne

les-amoureux-d-automne

Charlie: Pull torsadé en laine beige et or – James Long / Collier géométrique en laiton – Ariel De Pinto / Pantalon imprimé – Konkon To Zaï / Chaussures – Doc martens

Jérémie: Cardigan fou en laine – Sister By Sibling / Col collier – Heaven Tanudiredja / Chemise blanche double col – Six Lee / Pantalon large – Franck Leder / Chaussures – Depression

 

L’un avait une Gitane coincée au coin du bec, la tête dans la lune, assis sur sa caisse de bois, quand l’autre s’était égaré dans une rue qu’il n’avait jamais traversée. C’est à ce moment-là que leurs regards se sont croisés… puis recroisés. Coup de foudre ? Ça n’existe pas. C’est une légende inventée par ceux qui pensent que leur destinée est trop banale. Coup de sang ? Évidemment. Violent coup de sang. Quand ça bouillonne dans   les veines et que la tête se perd à en oublier l’espace-temps. Un moment où la seule chose qui compte, c’est le fait que… leurs regards se soient croisés. Le blondinet l’a aimé tout de suite sans barrières, sans limites, sans concessions, sans cette architecture que veut dicter la société. Le ténébreux s’y est engouffré avec la même envie et une démesure réservée. Incontrôlable. Passion. Explosion.

 

Charlie: Chapeau melon – Mouton Collet / Chemise robe – a.Knackfuss

Jérémie: Pull bi matières – Ute Ploier / Chemise effet jean – The Soloist / Pantalon – Jan Jan Van Esche

 

Les choses étaient belles, il ne fallait pas s’effrayer. Ces enfants de la génération moderne ont correspondu avec la beauté des mots, la technologie remplaçant papier et plume. Longtemps avant que les lèvres ne deviennent plus farouches, longtemps avant que l’orgasme charnel ne devienne leur « on ». Ils se sont aimés. Oh oui ! Ils se sont aimés, les Amoureux d’automne… jusqu’à en crever. Toutes les rues par lesquelles ils sont passés devenaient colorées. Hasard de cette rencontre à une époque où les feuilles des arbres jaunissent et finissent par mourir ? Il n’y a pas de hasard. L’automne sera leur saison. Ces Amants se sont passionnés, trop vite, trop fort, sans se laisser le temps de voir le printemps. Le blondinet l’a noyé dans un bouquet d’amour trop frais, le ténébreux s’y est étouffé. Leurs regards ne se sont plus croisés, ils se sont fuis. Leurs corps ne sont plus réunis : ils se sont évadés, froids comme l’hiver qui approchait et qui applaudissait devant la catastrophe inévitable. Les Amoureux d’automne ne seront plus les passionnés de l’hiver. Ce n’est pas la faute du blondinet qui s’est abandonné. Ce n’est pas la faute du ténébreux qui s’en est allé. C’est la faute de cet amour, polisson, sournois et indomptable.

 

les-amoureux-d-automne

les-amoureux-d-automne

les-amoureux-d-automne

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Jérémie: Chemise verte imprimé – Henrik Vibskov / Pantalon beige – The Soloist / Collier Origami – GEM SESSIONS by Sayaka Yamamoto

Charlie: Pantalon imprimé fleurs – Swash / Bonnet pompon – Misu à barbe / Veste officier kaki – Frank Leder / chemise ivoire – Jan Jan Van Esche

 

Les blessures sont vives et ne cicatriseront pas. La plaie est béante. Ils montrent leurs larmes, appellent à l’aide, cherchent du secours… Ils n’en trouveront pas. Seul le temps possède la force maternelle de les bercer d’apaisement. Se retrouveront-ils ? Qui le sait ? La vie, les autres souffrances et blessures, les pleurs et les rires, les joies et les fiertés… Les autres amours, ceux de l’hiver, du printemps et de l’été. Les Amoureux d’automne se sont cassés mais ils continueront de s’aimer au gré des rues colorées… autrement, plus fort encore ? Pourquoi briser la beauté née de cette fatalité ? Un jour, ils guériront. Ensemble, ils trouveront le moyen de réparer l’éloignement qu’ils ont sans le vouloir eux-mêmes créé. Tant de vie quand la nature meurt ne pouvait pas simplement être le fruit d’une Gitane allumée sur un caisson de bois et d’une rue sans nom. Les Amoureux d’automne se croisent et se sourient. Les Amoureux d’automne ne s’oublient pas. Ils dansent autour des feuilles qu’ils ont vues tomber. Comment se séparer quand on s’est tant passionné ? Les secondes, les minutes, les heures, les années, les feuilles mortes et celles qui renaissent seront les réponses de ce conte, beau et fort, qui ne fait que commencer… Cette belle toile a déjà été peinte. Volupté.

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

les-amoureux-d-automne les-amoureux-d-automne

Charlie: Pantalon + jupe carreaux – Kokon To Zai / Chemise noire – Jan Jan van Esche / Epaulette céramique – Uncommon Matters

Jérémie: Manteau kimono bleu – Jan Jan Van Esche / Chemise blanche – Six Lee  / Chaussures à noeuds – Depression

 

Je t’aimerai jusqu’à la fin de ma vie, mon ténébreux. Quand les feuilles mourront de nouveau et qu’elles renaîtront, encore et encore… Peu importe qui nous deviendrons. Il n’y a pas de hasard à nos regards qui se sont croisés. Ton blondinet.

 

Cette série mode homme a été photographiée par: Jules Faure.

Mise en scène et stylisée par Cécile David.

Texte par Stèv-Romani-Soccoro.

 

Nous n’avons pas utilisé une quelconque mise en beauté car nos modèles étaient beaux, tout simplement. Ils n’avaient pas besoin d’artifices pour incarner ces amoureux maudits. Je les remercie d’ailleurs d’avoir pris de leur temps et de leur énergie pour nous accompagner dans ce projet. Je tiens à préciser qu’ils incarnent mon texte mais qu’en aucun cas celui-ci ne les représente : non, Jérémie Lapeyre, le chanteur de Loki Starfish, n’a pas eu d’aventure amoureusement tragique avec Charlie Coincoin, le seul étudiant en droit punk que je connaisse. Merci à RA et à son co-fondateur, Romain Brau. Ce texte est dédié à ma mère, Mireille.

 

Bien à vous.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑