Mauvais Goût + SALE! + CRISIS / Vidéo: Maxime Brau.

C’est samedi et samedi c’est partyyyyyyyy!

 
Pour notre participation au Marvellous Island festival de cette année, Maxime Brau nous avait concocté un vidéo promo qui retrace 2 ans de Mauvais Goût, tout autant de visuel de la SALE! mais Jules nous avait aussi filmé pendant notre Bazar de Pâques avec seul mot d’ordre: « HYSTÉRIE COLLECTIVE ». Vous pensez bien qu’on s’en est donné à coeur joie! Romain Brau et son cultissime lancé de cheveux. Aubry, nu, sexy, violé par la caméra. Jules au firmament de son charme. Les performers Enzo Di Karina, Aswad Al Masrahi et Akim De Mehdi VI en total osmose avec leur corps tandis que Reno et Barbara Butch sont en pleine séance de clubbing techno-guingette. OKAY, ça dure 16mn mais y’a plein de jolis garçons à poil dedans, la musique est cool et puis, nous, ça nous rend fier.

 

Une petite vidéo qu’on est content de poster pour partager avec vous tous ces moments de bonheur et de fête qui n’existerait pas sans vous! Alors MERCI / COEUR / COEUR / COEUR / AMOUR.

 

Bien à vous.

Vendredi: House of Moda!

 

Bon, vous l’avez tous compris, la House of Moda, c’est le 7 septembre à partir de minuit. On vient méga poudrée, hyper perruquée et on rentre gratos.

RA, le concept-store et Monsieur/Mademoiselle sont partenaires pour vous offrir un bon cadeau de 150 et 50 balles. Que demande le peuple ?! Notre directeur artistique, Romain Brau descend même d’Anvers en car avec toutes ses copines pour se déhancher sur les rythmes frénétiques de la famille Moda. Rien que pour draguer de la Flamande, on vous conseille de venir tant c’est une expérience-performance. Si seulement il n’y avait que les Flamandes…

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

PHOTOS BY JULES FAURE!

 

Ne soyons pas fous ! Les plus beaux maris de la capitale vont à la House of Moda. C’est déjà le premier point, parce qu’on ne se poudre-perruque pas pour autre chose, soyons honnêtes ! Alors, imaginez : les glaçons d’Anvers et les coquins parisiens ! Ça va faire BOUM dans bon nombre de culottes et c’est pas plus mal pour passer l’hiver. Mais ne misons pas tout sur les beautés à rencarder… Vous voulez vivre un VRAI moment de mode ? C’est pas au Jardin des Tuileries, pour voir Anna Dello Russo faire son carnaval, qu’il faut aller ! Vous voulez des preuves ? Pas de soucis, on a des images. D’ailleurs, réfléchissez bien à ce que vous allez mettre, parce qu’il va y avoir de la concurrence !

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

PHOTOS BY JULES FAURE.

 

C’est une spécial voguing, Jérémy Patinier et Tiphaine Bressin viennent présenter leur bouquin sur l’histoire de ce mouvement et la culture des ballroom juste avant : quelque chose de plus cool à faire que ça ? On attend les propositions, histoire de se marrer…

Non mais, écoutez les mix d’electreno sur SoundCloud. Mettez-vous en culotte et écoutez, écoutez à fond ! Tout de suite, vous voulez que ce soit la House of Moda dans votre salon. De toute façon, c’est simple : maris à s’évanouir, mode qui inspire et musique qui fait jouir sont LA recette d’une soirée qui fait déjà rêver. 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Moins érotique que la « Trou aux Biches », on minaude plus à la House of Moda, on ressort avec un numéro de téléphone plus qu’avec un être humain. C’est comme Midnight Rendez-vous, finalement : une bonne balance entre les extrêmes. Bon, « méga poudrée, hyper perruquée », c’est pas ce qui se fait de plus banal non plus, mais on est dans le second degré, on ne va pas à un vernissage d’art contemporain non plus. Pas d’arrogance… C’est aussi ce qui est plaisant.

 

Faire la fête pour faire la fête, avec quelques sourires et des mains au cul en plus. Ne faisons pas les difficiles. Du voguing, des performances, du catwalk, des looks, du photobooth pour immortaliser le tout : c’est la factory d’Andy qui renaît version moderne 2012. On y sera évidemment jusqu’à la dernière galette. Toute l’équipe. Faut dire que Monsieur/Mademoiselle, Ra et House of Moda vous préparent une surprise pour bientôt. Mais CHUUUUUT ! On ne dira rien (pour le moment).

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Pour l’instant, on va faire un shopping maris avant la rentrée des classes. On va sortir nos plus beaux apparats et danser, danser, danser. C’est quand même chic de penser que dans vingt ans, on pourra dire que les House of Moda, c’était eux, nous, vous. Nos gamins, ils vont en chialer. Les gamins qu’on aura faits après avoir foulé ce dancefloor… Il y a un moment où il faut savoir ce qu’on veut dans la vie : être du côté des moutons qui suivent et qui sont aussi fanés que les fleurs que vous a offertes votre dernier ex il y a six mois, ou si vous avez envie de faire partie de cette scène qui rend la vie rigolote, colorée et hors limites dans un monde unique. On ne sait pas… ça nous paraît évident, non ?

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Certains disent que si les loyers sont si chers à Paris, c’est parce qu’on paye le décor. Nous, on a envie de dire que c’est pour ce genre de révolution qu’on paye et franchement, ça vaut largement la peine. On ne râle pas pour un sou. Ouais, ouais, c’est là-bas que ça se passe et j’espère que vous en avez conscience. Testez, on compte sur vous : vous allez en tomber la bouche ou… le pantalon. On vous aura prévenus…

 

Bien à vous.

Quand les biches sortent de leur trou…

 

On avait envie de faire des photos de gens cool, mais pas genre à la Tommy Ton. On s’en branle de toutes les morues qui sortent des défilés. On voulait du pur, du punk, du queer, de l’audace et de la transgression. Pour montrer qu’il y a autre chose qu’Anna Dello Russo dans la vie. Ou plutôt qu’il y a des gens qui disent « FUCK » à Anna Dello Russo et les tendances de moutons à la con.

 

Le problème, c’est… qu’on a la grosse flemme. Du coup, on s’est dit qu’on allait mêler l’utile à l’agréable : comme les meilleurs looks viennent des soirées et qu’il y a toujours un photographe pour immortaliser les délires stylistiques de la population sous trois grammes d’alcool, d’une pierre on faisait trois coups. Avec les photos, vous, lecteurs, vous voyez les looks, nous, on peut se la coller sans faire un clic et EN PLUS, on peut parler d’endroits cool où aller trémousser son corps et surtout son cul. Bingo.

 

 

On va vous parler de la Kidnapping, c’est notre soirée préf de chez préf à Paris. On veut dire une horde de gouines plus sexe et hystériques les unes que les autres qui se balancent du jambon à travers la gueule sur du son qui tache, c’est impossible à rater. Mais on y reviendra. Tout comme pour la House Of Moda. On a les deux organisateurs sous le coude sur le dernier photoshoot.

Par contre, c’était le moment de parler de Monsieur Pipi De Frêche et de ses acolytes qu’on n’avait pas réussi à choper avant. On se rattrape donc et on vous cause de leur Trou Aux Biches.

 

 

Bon. C’est notre pote Shania Twane qui nous en parle le premier. Un garçon un peu punk-queer, à la barbe longue et au kilométrage nocturne intense. Ça nous a intrigués ce nom : « Trou aux Biches »…  Y avait comme une consonance un peu cul et hyper concept qu’on n’était pas sûrs de saisir.

Après, y a eu Colin Self, de la tribu des Brooklynois, qui nous a interpellés en nous disant qu’il venait là-bas avec sa troupe pour faire un show. Le même qui a contribué à cette excellente vidéo performance faite pour M/M et qui est durement sous-estimée (oui, on la replace !). Et là, on ne pouvait pas louper les copines et son crew : Pussy Faggot.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Colin Self – Performer / Pussy Faggot – Brooklyn.

 

Sally au Paradis Feat Colin Self

 

BREF. On se rend donc à la Trou Aux Biches en mode intrigué, la tête timide. Et qu’est-ce qu’on y découvre ? Ben… qu’on est des conasses qui auraient dû se bouger la fesse bien avant. En fait, la « trou » (comme les connaisseurs l’appelle), c’est tout ce qu’il faut pour vivre : des garçons qui suintent l’érotisme dans un audacieux sens du style, des guests underground que les organisateurs vont chercher derrière les fagots et… de la bière. Il n’en faut pas plus, il n’en faut pas moins. Ça change du clubbing chiant où il faut aller pour être vu et qui se la donne pour pas grand-chose. Ça change aussi de certains bars qui n’ont, pour attirer leur clientèle, qu’un pseudo bifteck même pas frais qui nous fait un remake de la pub Tahiti douche A.K.A bienvenur au Raidd bar.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

La Trou Aux Biches, c’est du son qui claque dans tes oreilles pour dire à ton cerveau que tes pieds vont devenir incontrôlables. La Trou Aux Biches, c’est des invités comme : Jef Barbara, JD Samson, Africa, Jean Biche (spécial dédicace pour nos potes de Bruxelles), Dance Yourself To Death, Daniel Peixoto, Ady Toledano, on en passe et des meilleures…

Pour les looks, je vous laisse juger par vous-même (avec nos jolis diaporamas), pour nous il n’y a aucun doute. Pour les maris, il n’y a même pas besoin d’en parler : c’est le supermarché de la beauté. La populace est dragueuse mais pas bourrine, c’est séducteur mais pas putassier. Et ça danse, la bon Dieu de sa mère. Ce n’est pas ce qu’on demande à une fête à la base ? De l’ambiance ?

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Ben voilà. Même si t’arrives mou, tu peux être sûr de repartir suintant. C’est tout ce qu’il faudrait que la mode soit, que le monde soit, en fait. Alors, si malheureusement vous êtes une conasse comme nous et que vous avez six cents wagons de retard, vous ne pourrez pas en profiter avant la rentrée : ils ont pris leurs vacances d’été.

Je ne parle, évidemment, pas pour les Parisiens car aucun de ceux qui n’a pas le cerveau dans le biceps connaissent cette soirée. Je parle plutôt pour vous, Belges, Anglais, Canadiens, Finlandais & co… Si vous avez l’occasion de passer par chez nous, faites vos biches et sortez dans leur trou. Nos couilles à couper que vous ne vous en remettrez pas.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Diaporama spécial maris ! Tous les goûts sont à la trou! choix et qualité! RENDEZ-VOUS EN SEPTEMBRE!!!

ALL INCREDIBLE PICTURES BY YANN MORRISON – MERCI !!!

 

Bien à vous.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑