Du tout au rien: Happy Birthday M/M!

Putain ! 5 ans déjà !

 

On commence sur un coin de table dans une cuisine bruxelloise. Parce qu’on se fait chier dans un boulot alimentaire à la con et que, bon, pourquoi pas ? Parce qu’on a envie d’ouvrir notre gueule, de débattre, partager, rêver… sans prétention aucune, car même si Carine nous fascine, on n’est pas LA Roitfield. On se prend au jeu, on se laisse bercer par la vague… belge et ses nouveaux blogueurs de charme.

Arrivés certainement au bon moment, au bon endroit, on profite de l’émulation : les défilés, les comptes rendus, les trucs de conasses entre blogueuses mode. Le champagne coule à flots et ce sont les premières expériences avec ELLE. C’est la reconnaissance, c’est le bonheur jusqu’au pays du Père Noël avec Marlies Dekkers et… BAM  ! Prix du meilleur blog mode par le Vif Express, aussi inattendu que ce discours qu’on a dû prononcer, ivres morts, alors qu’on ne pensait pas avoir une chance de tenir ce petit bout de plexiglas dans les bras.

 

vif-express-blog-awards

 

Reconnaissance et pourtant grosse gueule de bois : cette mode qu’on a tant aimée est devenue le mot le plus vulgaire de notre vocabulaire. Ah ça non ! On ne peut plus la blairer, « la mode ». Elle pue l’industrie du fric et du gaspillage. On n’a pas la science infuse, hein ! On s’est juste fait une opinion. On est allés étudier son histoire au Canada, rencontrer la nouvelle vague new-yorkaise qui galère, suivre les jeunes qui sortent des écoles, travailler dans la presse classique et même dans la fast fashion. Résultat ? Qui aurait dit que nous en serions là après 5 ans ? Du tout au rien, de l’amour au dégoût, de l’avilissement à la bataille ! Ah, on n’est pas peu fiers chez M/M ! Nous partîmes 2 ; mais par un prompt renfort, nous nous vîmes tout un monde en arrivant à la Fashion Week… Parce qu’il ne faut pas se leurrer ! Entre les enculés de chez LVMH qui se font des couilles en or en surfant sur des héritages historiques qui ne leur appartiennent plus, les Hontes & Misères qui nous empoisonnent tout en réinventant l’esclavagisme moderne, le gâchis indécent d’une industrie qui n’en peut plus de produire de la merde sous couvert d’être toujours plus tendance, l’indigestion nauséabonde ne pouvait qu’être la seule issue pour une passion devenue défraîchie.

 

logo-m-m

 

La jeunesse créative prend alors le relais pour aller chasser la dinde carnavalesque ridicule qui vient parader deux fois par an aux Tuileries. Les petites mains et les plumes les plus acérées se sont levées pour mettre une bonne torgnole à toutes ces journalistes et blogueuses corrompues jusqu’à leurs démêlants capillaires. Si ce n’est pas honteux d’en être arrivé à un stade où tout le monde sait qu’il n’y a plus de libre arbitre mais que finalement le troupeau suit, bêta, mâchouillant le moindre phénomène comme une vache broute son herbe.

 

Nous ? On ne gagne pas une tune parce qu’on ne vendra jamais notre espace de liberté à des marques pourries, comme des gigolos vendent leur cul.

La-baie

 

On fait des marchés de fripes parce que c’est écologique, on défend le jeune qui s’exprime avec trois morceaux de tissu et deux paillettes dans son appartement-cave parce qu’on croit à la solidarité, à la sincérité, à l’éthique créative. On s’en bat les couilles de la suivre, « la mode », parce qu’on s’en bat les couilles des vendus qui la dictent. Aujourd’hui, chez Monsieur/Mademoiselle, on la vomit, la mode. Ce qu’on aime, c’est s’habiller. Ce qu’on aime, c’est les vêtements, les vrais, ceux qu’on commande à Bowsdontcry, Midnight Rendez-vous, Romain Brau, William Gendarme, Patrons, Mal-Aimée, et on en passe des plus talentueux encore. À ces jeunes qui croient d’abord à leur savoir-faire et à ce qu’ils ont envie d’exprimer et à ce que vous, vous avez envie d’exprimer ! La tendance ? Une obscénité tellement vue et revue qu’elle n’a plus rien de… tendance ! Et c’est grâce à ce foutage de gueule stupide qu’aujourd’hui, M/M vit de fête, de musique, de performances, de nouvelles formes d’art, s’étend, se propage et collabore encore et toujours pour aller vers de nouveaux horizons… On écrit à notre rythme par flemme (reconnaissons-le) et aussi parce que quand il n’y a rien à dire, mieux vaut se taire. Fermer sa gueule pour ne pas être obligé d’évoquer ce néant de Nabilla. Pas de buzz, et… ? On va, vit, danse, boit, chie, baise… doucement et on est PUTAIN de fier de ça.

 

La-baie

 

Monsieur/Mademoiselle, c’est l’apologie du beau, du lent, du pur, de l’éthique, de l’écologique, de l’amour, des copains qui deviennent famille. Et ça grandit, grandit, grandit… petit à petit… Que tu nous aimes ou pas, ce n’est pas grave parce qu’on y croit, à notre rêve d’un monde où tu troqueras ta broderie contre un DJ set à ton anniversaire, parce qu’on préférera toujours s’habiller chez Emmaüs qu’avoir un sac Louis Vuitton fabriqué par dix enfants chinois. Des voix plus connues que nous commencent à gronder et à balayer les Géraldine Dormoy, Betty et autres GaRANCE. Le tri se fera tout seul… Viens danser avec nous, la RÉVOLUTION APPROCHE !

 

Monsieur/Mademoiselle fête ses 5 ans tout en amour et opinions tranchées ! À samedi ! Bisous.

 

PS: Un GRAND, GRAND, GRAND MERCI à tous les collaborateurs qui sont tellement nombreux qu’il est impossible de tous les citer, mais un big up à Emmanuel Charpin, qui a supporté toutes les fautes d’orthographe depuis le putain de début !
 
Bien à vous,

Stèv – Rédac’chef

Le Bordel des Jolis Garçons : la série mode.

Valentin-bordel-des-jolis-garcons

Monsieur Léon

 
C’est le branle-bas de combat au Bordel des Jolis Garçons ! Monsieur Gustave attend avec une pure impatience, Monsieur Léon,  son nouveau Boy. Il arrive de la banlieue par le train de 15 h 53 avec son innocence et son lot de rêveries. Du sang frais pour la maison de charme réservée à ces messieurs et coqueluche coquine du Tout-Paris. On y sert le meilleur champagne, les meilleurs aphrodisiaques et on y connaît les moindres charmes, messieurs-dames ! Tout le monde rêve d’y passer une nuit… Mais qu’est-ce qui fait la réputation de la maison la plus exquise de Paris ?
 
Sylvain-bordel-des-jolis-garcons

Monsieur Gustave

 
Monsieur Gustave, le père-maquereau, est à l’élégance ce que Madame Claude est aux hommes politiques : toujours le bon mot, toujours le bon goût. Le maître de réception qu’est cet ancien notaire est un pur délice. Nadine de Rothschild se transforme en pouilleuse du Moyen Âge à ses côtés et il est réputé pour la finesse des mets qu’il sert en public et… en privé.

C’est avec un nez féroce qu’il dégotte ses disciples : un maximum de culture dans un charme à s’en crever les yeux. C’est comme ça qu’il les choisit à la sortie des facultés et autres musées d’art contemporain. Il a le vice des grands esprits, la méthodologie des financiers et le savoir-vivre des princes…
 
Sylvain-bordel-des-jolis-garcons

Monsieur Edgar

 
C’est pour son raffinement que l’on vient s’enivrer d’opium chez lui. C’est pour Monsieur Edgar, le solitaire mystérieux au corps brutal et aux délices sauvages. Pour Monsieur Archibald, le dandy contemporain, maître contorsionniste qui lit du Baudelaire au lit. Pour Monsieur George, « l’Américain », réputé pour ses rodéos sauvages et sa descente alcoolique qui en tue plus d’un. C’est pour Monsieur Manuel, ses charmes exotiques et ses drogues du bout du monde. C’est pour l’ensorcellement suave de Monsieur Théodore, le poète des accessoires et l’adorateur des fleurs. C’est pour cette quintessence de ce qui se fait de plus érotique dans la beauté d’un corps d’homme. C’est pour goûter à la chair la plus torride et pour n’en être jamais rassasié. Le Bordel des Jolis Garçons, c’est le fantasme d’un tableau parfait où se mêlent intelligentsia et esthétisme. Et une fois qu’on a croqué la pomme…
 
Sylvain-bordel-des-jolis-garcons

Monsieur Georges

Sylvain-bordel-des-jolis-garcons

Monsieur Archibald

Sylvain-bordel-des-jolis-garcons

Monsieur Théodore

 
Comment y entre-t-on ? C’est Monsieur Auguste qui prend les réservations mais c’est Monsieur Marcel, sa célèbre moue et son music-hall de chambre qui décident qui incorpore le rêve. Le cerbère du bordel est réputé pour exiger l’excellence car, bien sûr, seul le beau monde le fréquente : aristocratie de la nuit et autres bijoux de l’art contemporain viennent plonger leurs lèvres dans la tasse de Monsieur Achille, encensé pour ses after « tea » party des plus démoniaques. On y danse, on y rêve, on y baise, on profite de la vie. C’est une fresque du paradis, sans limites, sans frontières, où seuls la liberté et l’amour qui en découlent règnent.
 
Sylvain-bordel-des-jolis-garcons

Monsieur Marcel

Sylvain-bordel-des-jolis-garcons

Monsieur Achille

Sylvain-bordel-des-jolis-garcons

Monsieur Manuel

 
On n’y est que la nuit, le jour on dort. On se lève quelquefois pour aller faire le marché et chercher les fleurs. On rigole, on joue aux cartes. Banalité d’un endroit où, finalement, on ne vit que de… bonheur.

Le Bordel des Jolis Garçons, c’est l’idée que l’on se fait d’un rêve dont on ne se réveille jamais : celui d’un lieu où la seule règle est de ne pas en avoir … 

 
Sylvain-bordel-des-jolis-garcons

Monsieur Auguste

 

Le Bordel des Jolis Garçons

Photographie: Jules Faure.

Direction Artistique: Cécile David

Production: Stèv Romani-Soccoro

Consulting Mode: Adrien Lang / Poils!

Mise en Beauté: Clara De Gobert

Vidéo: Myrtille Moniot

Modèles: Laurent Kaus – Stéphane Reine – Arnaud Lambert – Valentin Gleyze – Axel Sourisseau – Fabien Chesseboeuf – Florian Bardou – Sylvain Le Formica – Stéphane Chaco –  Ian Fountain

 

Bien à vous.

Exposition: L’amour et la beauté!

Au mois de mars, Monsieur/Mademoiselle présentait sa première exposition photo à la galerie Artaban. Une série de trente clichés réunissant la fine fleur de la jeunesse créative parisienne. Ils sont (créateurs), designers, musiciens, DJ’s, photographes, journalistes, make-up artists, stylistes, galeristes, vidéastes et de leurs cerveaux naissent les plus beaux rêves. Ils vous habillent et vous font danser, on les a déshabillé pour qu’ils vous fassent l’amour. Tel fût le processus créatif de ce travail que nous aurons mis plus d’un an à achever. Mettre à nu ceux qui dans l’ombre de leurs petits appartements créent pour leur plaisir et pour exalter vos sens. Fierté d’avoir réuni ces couples qui s’aiment, de toutes les manières qu’ils soient.

Sous l’objectif de Chloé Nicosia, le travail irréprochable de Chloé Ribero à la mise en beauté, la direction artistique de Cécile David, nous avons voulu extraire ces sentiments et par conséquent la beauté qui s’en dégage… Vos êtes nombreux à vous être rendus au vernissage de l’exposition, nous vous en remercions en vous renvoyant tout l’amour que vous nous avez donné…

 

Retour en beauté sur l’intégrale de l’exposition pour ceux qui l’auraient manqué!

 

L’AMOUR ET LA BEAUTÉ 

Une exposition Monsieur/Mademoiselle

Photographie: Chloé Nicosia

Art de la beauté: Chloé Ribero

Direction Artistique: Cécile David

Production / Réalisation: Stèv Romani-Soccoro

modèles: Aurore Kaepellin, Claire, Lorène Gilly, Anna Cormy, Fabien Delalande, Anthony Bigazzy, Julie Noten, Louise Roam, Pepi Della Fresca, Gabo Del Toro, Céline Cee, Boris Mahé, Chloé François, Magnus Beuys, Clara De Gobert, Jules Faure, Guillaume Noé-Masson, Stèv Romani-Soccoro, Romain Brau, Leslie Barbara Butch, Fayçal Noah, Emmanuel Pierre et Chloé, Giulia Arnoux, Cécile David, Matthieu Laurette, Antoine Beaudière et Olivier Colombard.

MERCI: LES ATELIERS DE SÈVRES – GALERIE ARTABAN – PERONI – THOMAS AUBIER – KARINE FREDMAN

 

Chloe-nicosia-chloe-ribero

Chloe-nicosia-chloe-ribero

Chloe-nicosia-chloe-ribero

Chloe-nicosia-chloe-ribero

Chloe-nicosia-chloe-ribero

Chloe-nicosia-chloe-ribero

Chloe-nicosia-chloe-ribero

Chloe-nicosia-chloe-ribero

Chloe-nicosia-chloe-ribero

Chloe-nicosia-chloe-ribero

Chloe-nicosia-chloe-ribero

Chloe-nicosia-chloe-ribero

Chloe-nicosia-chloe-ribero

Chloe-nicosia-chloe-ribero

Chloe-nicosia-chloe-ribero

Chloe-nicosia-chloe-ribero

Chloe-nicosia-chloe-ribero

Chloe-nicosia-chloe-ribero

Chloe-nicosia-chloe-ribero

Chloe-nicosia-chloe-ribero

Chloe-nicosia-chloe-ribero

Chloe-nicosia-chloe-ribero

Chloe-nicosia-chloe-ribero

Chloe-nicosia-chloe-ribero

Chloe-nicosia-chloe-ribero

Chloe-nicosia-chloe-ribero

Chloe-nicosia-chloe-ribero

Chloe-nicosia-chloe-ribero

Chloe-nicosia-chloe-ribero

Chloe-nicosia-chloe-ribero

Chloe-nicosia-chloe-ribero

Série mode: Fantasme goudronné

Flânerie lors d’une promenade dans votre chère et tendre ville : il fait beau, le soleil tabasse vos bras nus, un petit vent frais atténue la chaleur implacable, vos lunettes de soleil vissées sur le nez font rempart entre vos yeux et ce que vous matez du coin de l’œil… Personne ne vous voit mais la salive dégoulinant de votre bouche vous trahit.

 
fantasme-goudron

fantasme-goudron

Pull: James Long / Chemise: Tillman Lauterbach / Pantalon: Charles Anastase / Shoes: Diego Vanassibara / Casquette: New Era x Juun J

 

Ils sont partout, ces garçons de la rue, archangéliques, fantasme goudronné capturé en quelques secondes par un regard photographique. Quelques secondes où le hipster à chemise bariolée, le businessman rentrant de la Défense, le skateur juvénile ou encore le hippie de la fac de lettres se transforment en amant créé de toutes pièces par votre cerveau. On le regarde furtivement de la tête aux pieds, on se retourne sur son passage, matant ses fesses. On espère qu’il se retournera aussi et on s’invente sa propre histoire : un sourire, un échange de regards, le cœur qui bat fort et vite. On ne sait pas quoi faire, il vient nous parler, il est ému, bégayant l’envie de se revoir… Pouf ! Fantasme goudronné, ça n’arrive que dans nos rêves. Une échappée du réel qui donne de la puissance à nos envies. Histoire que l’on aimerait raconter quand on demande : « Comment vous êtes-vous rencontrés ? » Ah, ces garçons que l’on croise à longueur de journée…

 

fantasme-goudron

Sweat: Walter Van Beirendonck / Pantalon: Andrea Cammarosano / Bonnet: Tillman Lauterbach / Shoes: Juun J

 
On espère le retrouver dans la nuit noire des clubbing les plus moites, il nous servira de pornographie imprimée à l’aube du coucher. Il est de ces poésies d’amour que l’on aimerait voir écrites un jour sur du vrai papier. Continuez de vous retourner ! Chaque fois qu’il intimide vos sens, il se pourrait bien que vous soyez son fantasme goudronné.
 

fantasme-goudron

fantasme-goudron

Cardigan: Henrik Vibskov / T-shirt: Gareth Pugh / Pantalon: Henrik Vibskov / Shoes: Juun J / Casquette: New Era x Juun J

 
Ah, qu’il est bon de rêver au cours d’une journée dont le but est de ne pas en avoir. Croiser les garçons d’une minute qui deviendront par notre imagination ceux d’une vie. Qu’il est bon de flirter avec ses songes, d’ensemencer un jardin dont nous sommes les seuls à avoir la clef. Illusion ultime où la chaleur  développe la chimère et l’improvisation de l’excitation: quand le corps ne réagit plus qu’à l’excès, quand le désir dépasse toute modération morale… Que l’érotisme est divin dans la complexité notre propre soi.
 

fantasme-goudron

fantasme-goudron

Fourrure: Romain Brau / Débardeur: The Soloist / Pantalon: Walter Van Beirendonck / Shoes: Juun J / Lunettes: Vintage

 
Mise à l’honneur de ces inconnus qui ne font que passer comme des fantômes, qui ne savent rien de la sensualité qu’on leur accordent et de la jouissance qu’ils nous procurent. Sacrement de ces anonymes qui nous tourmentent. L’envie d’une série Mode où l’homme est un objet sexuel comme les autres… L’envie de manipuler le fantasme pour le rendre palpable.

  fantasme-goudron

 
Il est de tous les styles et de toutes les cultures, appropriez-le-vous. Faites-en le jouet de vos nuits : nous l’avons photographié pour ça. Il est à vous, on vous l’offre. C’est notre cadeau de retour, un vice que l’on a tous eu à un moment ou à un autre, inavoué souvent, évident parfois : les garçons de la rue, ce fantasme goudronné.

 fantasme-goudron

fantasme-goudron

Gilet: James Long / Chemise: Walter Van Beirendonck / Pantalon: Cédric Jacquemin / Shoes: Clarks Vintage

 

FANTASME GOUDRONNÉ

Une série mode réalisé par le M/M CREW

Photographie: JULES FAURE.

Stylisme: CÉCILE DAVID.

Texte: STÈV ROMANI-SOCCORO.

Modèle: AUBRY FARGIER.

Direction Artistique: STÈV ROMANI-SOCCORO, JULES FAURE, CÉCILE DAVID.

THANKS TO: RA, LAURENT KAUS, ROMAIN BRAU.

 

Bien à vous.

Série Mode: VALRAS-PLAGE 1986

 

BLACKRAINBOW X MONSIEUR / MADEMOISELLE

14410002

bloggif_51b89ed5b2bda

 

Quand on a annoncé qu’on allait faire une série spéciale avec Blackrainbow, un sourire moqueur s’est dessiné sur quelques lèvres : « Trop hipster ! », qu’on nous a dit ! Pourtant, on kiffe le magasin streetwear de la rue des Archives dont nous avions déjà fait l’éloge dans un article précédent. Il n’en fallait pas plus pour qu’on décide de jouer le jeu à fond les gifs animés. Après tout, avant d’avoir lancé une fatwa contre nos barbes, nos sweats imprimés chats et nos goûts musicaux douteux (qu’on essaye à coup sûr de faire passer pour du génie oublié), on nous attribuait une certaine créativité abreuvée de crédibilité.

 

14410012

PAUL: chemise – STUSSY / jeans – CARHARTT / casquette – NORSE PROJECTS /

ZOÉ: tee-shirt – LEROY JENKINS / legging – American Apparel / shoes & bandana – vintage /

14410015

 

Il était temps de revenir à la source de la gloire de cette contre-culture et d’ériger le ringard comme apogée du cool. Nous sommes persuadés qu’idolâtrer son châle de mamie ou porter un tee-shirt à l’effigie de Sauvés par le gong est encore un acte de rébellion face à cette perpétuelle envie de nous dicter ce que l’on doit porter ou pas. Nous voulions faire la parfaite photographie de ce que rêverait d’être le typique passant de la rue de Bretagne … que le premier qui n’y trouve pas une pointe de désir nous jette la première paire de Vans à la gueule !

On s’est donné pour mission de réinsuffler une dose d’humour (et de cul, ça marche toujours) alors que le hipster fait presque débat de société. Il était devenu presque primordial de montrer que le streetwear d’un certain standing pouvait être approprié avec une ironie flatteuse et très mode sans forcément devenir une sorte de Berlinois conceptuel à la limite de l’agacement.

 

14410019

bloggif_51b89ee02fcc0

14410024

PAUL: teddy – STUSSY / chemise – NORSE PROJECTS / short – LEROY JENKINS / casquette – LESS /

ZOÉ: chemise – CARHARTT / short – American apparel / shoes – vintage /

14410026

14410028

 

Valras-Plage 1986 ne pouvait être que l’extrême expression du cliché pour montrer que cette boutique, repère du hip, possède les pièces les plus cool de la planète. Ne jamais s’arrêter au qu’en-dira-t-on et ne finalement suivre que ses envies, tel devrait être le credo des adorateurs de la mode.

Paul Gautier (alias Polly Pock), la geek dandy aux jambes de rugbyman, et Zoé Coulon, la Kate Moss sous acide punk, étaient plus que parfaits pour photographier cette scène érotico cliché de ce qui se fait de plus désirable chez l’Arc-en-ciel Noir.

Évidence d’un lieu comme le café Le Temple, recouvert par le léopard et les Marilyn Monroe comme symboles absolus du bar où la « branchitude » pourrait se retrouver pour être à contre-courant. Acte de rébellion, on vous dit ! Ça prouve qu’il n’y a pas lieu de se prendre la tête. Pas besoin d’aller au vernissage Vuitton sur le toit de Pompidou pour être quelqu’un. Une histoire de vacances où la belle viole son prince enivré par l’alcool dans ce restaurant de station balnéaire. En ressort une série hommage à un Guy Bourdin plongé dans l’absurde, les gifs animés venant appuyer notre théorie de l’autodérision.

 

14410029

 

L’histoire de la fellation dans les toilettes est venue naturellement tant on se régale de vous mettre à chaque fois un peu de fesses comme signature évidente de notre rédaction coquine. C’est vrai qu’on aime les choses un peu sales… et les sourires deviennent moins moqueurs, car plus surpris par cette audace.

Pour les vêtements, du Carhartt évidemment, du Norse ProjectsLeroy Jenkins et Stussy sans oublier runnings, touche bandana, casquette Less et denim taille haute… On est allés jusqu’au bout du kikoo/LOL. On voulait que ça soit ironique, cool jusqu’à la satire et connoté mode sans trop (Vogue) en faire. Vous avouerez que Paul & Zoé sont sexy à vouloir faire un ménage à trois. Pas à les frapper à la terrasse du Charlot.

 

14410034

14420004

bloggif_51b89eca7e265

14420009

14420005

 

Blackrainbow est une chouette boutique où l’on est toujours bien accueilli, où les pièces valent le détour et où le hip n’est pas un gros mot.Alors maintenant, ouvrez les portes de la prison dans laquelle les podiums tentent de vous enfermer. Explosons les tendances de ce qui est faux ou pas et jouons-nous des clichés les plus absolus pour en faire du beau. Ne nous arrêtons surtout pas à ce que le marketing essaye de nous imposer, il n’y a rien de plus nauséabond. Nous vous donnons rendez-vous pour une pomme d’amour à Valras-Plage et dans la rue de Bretagne ; en Blackrainbow, évidemment.

 

bloggif_51b89e3552e84

PAUL: veste & short – CARHARTT / tee-shirt – NORSE PROJECTS / 

ZOÉ: chemise – NORSE PROJECTS / jean – vintage /

14420012

Bien à vous

Série mode: Veja x M/M

Cécile boxe avec les DL Clémentine Blood en cuir tanné aux extraits d’acacia et caoutchouc sauvage d’Amazonie

 

Le but était de décontextualiser Veja. Connue pour son aura verte, respectueuse autant de la planète que de l’être humain, la griffe est d’abord présentée pour ses qualités éthiques et moins pour ses valeurs « modistiques ». C’est beau de voir qu’un objet d’ornement peut être considéré comme intellectuel au vu des parutions dans Le Monde ou même Libération. Or il était intéressant de mettre la griffe sur un autre axe pour voir ce que ça donnait, de mettre aussi en valeur son fluide mode. En plus, c’est la période où la running orne tous les pieds couture de la planète, c’est pile poil le bon moment pour triturer cet objet et le traiter en accessoire de mode avant tout le reste.

 

emmanuel

 Emmanuel se pomponne avec les Arcade, London Red Burgundy, en toile de coton bio et caoutchouc sauvage d’Amazonie

 

On a comme l’impression que Veja n’est presque connue que pour son label écolo. C’est dommage car il existe une gamme très diversifiée qui va de la simple basket de toile à la sneaker de ville en cuir d’un chic absolu, en passant par la running aux allures rétro. Le lookbook est extrêmement beau et très bien fourni d’ailleurs. À voir. Il n’y a donc pas que l’aspect éthique qui est intéressant, mais bien une affaire de mode que l’on oublie trop.

 

jules

 Jules préserve la nature avec les derbies Greg Asner en toile de coton bio et caoutchouc sauvage d’Amazonie.

 

On désire ces cuirs travaillés à la main qui sentent la qualité mais on a aussi envie de paraître ultra moderne quand on dira que l’imprimé de notre basket a été réalisé à partir de photos thermiques prises pendant un vol au-dessus de l’Amazonie. Ça en jette. En plus de consommer intelligent dans le respect de la condition humaine, Veja nous transporte dans un monde de qualité esthétique pour un budget abordable. Il fallait en parler, bordel ! C’est assez rare pour être noté. Alors que Bruno Pieters s’est lancé dans une affaire couture complètement éthique et que la question se pose de plus en plus dans le milieu de la mode, Veja fait figure de pionnière dans cet engagement et on a peut-être oublié de parler aussi sa créativité débridée.

 

shania

 Shania lit avec les Méditerranée, Auburn Moonrock en nubuck tanné aux extraits d’acacia et caoutchouc sauvage d’Amazonie

 

La cerise sur le gâteau, c’est que Veja est une marque avec laquelle on peut tout faire ; voilà le constat. Comme toutes les baskets, on peut pratiquer n’importe quel sport, c’est leur fonction première. On n’est pas cons, non plus. On peut les porter pour aller en soirée, certains modèles faisant penser à des baskets de ville avoisinant la chaussure de créateur à la « Common Projects ». Classe. Tout autant que les modèles sobres font très « cérébral » : du coup, pas de problèmes pour se rendre au bureau. On peut tout faire en Veja et, encore une fois, avec cette idée que l’on consomme ultra intelligent et surtout écologique. Du coup, Veja fait jouir et là, vous comprenez le concept et vous avez notre processus créatif. Emballez, c’est pesé : dégustez !

 

stev

 Stèv jouit en Veja Auburn, en cuir tanné aux extraits d’acacia et caoutchouc sauvage d’Amazonie

 

Cécile David est aux commandes de la scénographie et d’une sélection pensée dans la diversité ; Jules Faure est derrière l’objectif. Pourquoi changer une équipe qui gagne ? Brutalité, minimalisme et concept second degré, recette élégamment appliquée par le duo David-Faure. Et moi ? Je me branle dans une chaussure. Je jouis car je trouve ça cool que l’on est imaginés une façon sobre de présenter un accessoire là où on ne l’attend pas. Veja devrait déjà avoir obtenu ses galons dans des séries mode couture où règne le mix and match.

 

giulia

Giulia consomme les Veja Derbies, Sun, Clementine et Barbade en toile de coton bio et caoutchouc sauvage d’Amazonie

 

Veja x Monsieur/Mademoiselle : un vrai travail d’équipe, vu que c’est bien notre crew qui pose. Un mélange des idées que nous évoquait la basket. Un mélange des inspirations pour exposer, d’une façon inhabituelle, cet objet qui représente nos valeurs. Et puis pourquoi faire un casting quand on a de telles tronches à disposition ? Avons-nous réussi le pari de vous surprendre ? On est fiers d’avoir travaillé avec cette marque. En tout cas, c’est notre vision de cette griffe qui nous parle… Vous voulez tester ? Y en a une pléthore de disponibles à la boutique du Centre Commercial au 2 rue de Marseille, près de République et sur le Veja store. Allez voir si vous trouvez chaussure à votre pied. Nous, c’est déjà fait.

 

RÉALISATION: CÉCILE DAVID ET JULES FAURE

MISE EN BEAUTÉ: CHLOÉ RIBERO

TEXTE: STÈV ROMANI-SOCCORO

 

Bien à vous.

La Marseillaise.

 

An end for a new beginning, a morning where everything should reborn and grow, some try to throw a disaster. Black magic and nasty thoughts for a vision that could help the LOVE to be stronger. Would love be a scary power ? Would union be able to destroy the value of the beautiful past.

 

La Marseillaise doesn’t think so !!

La Marseillaise  is always ready to fight and so will she ! She will sing until the day she will die.

 

Who are those people that are feeding the world with dust and broken stones ? We are gay and our weapon are red roses. We are straight we will fight for equality. You are poor of love and the life you think you built will collapse in my fingers. Be wise and don’t touch me, don’t be scared of the unknown and look at it and learn from it. We are here to built a better world, why don’t you help me to grow close to you instead of trying to walk on me ? You won’t do anything with your grey paint on our rainbow ! Call me hippie or sick, point your finger on what you call danger, shout on me the beast that is parasiting your ideal futur.But you can’t stop me to feel what i feel and see what i see. I am surounded by love, the real love that make me grow higher everyday. I will grow with the world and you are sufocating alone with lonely and empty bodies around you.

Which color is my blood or soul you are wondering !? Me the monster standing in front of you ! You send your army to hurt me, i am here on the floor wounded, i still face you but not alone. Look around, we are on the floor together, hurted and wounded laying infront of you. You, the liar.I need you as you need me. I am waititng for the moment you will let me forgive you. I have nothing to refuse to you. Our role is not to refuse the hapiness of the other. Why would you refuse mine ? 

 

Little spirit from nowhere, close your eyes on me.i only want to marry him.

 

xxx. Romain  Brau

 

 

Artistic Direction & Performance : Romain Brau

Directed and edited by Myrtille Moniot

Stylism : Cécile David

Special thanks to : RA, Stèv Romani-Soccoro, Emmanuel Pierre, Henry de Castillon.

Designers : Clarisse Hieraix, Manish Arora, Jean-Paul Gaultier Couture, Quentin Veron, Romain Brau.

Hair : Charlie Le Mindu.

Make-up : Cécile David.

Music : La Marseillaise / Claude Rouget De Lisle / Mireille Mathieu.

Série mode: les amoureux d’automne


les-amoureux-d-automne

les-amoureux-d-automne

Les-amoureux-d-automne

les-amoureux-d-automne

Charlie: Pull torsadé en laine beige et or – James Long / Collier géométrique en laiton – Ariel De Pinto / Pantalon imprimé – Konkon To Zaï / Chaussures – Doc martens

Jérémie: Cardigan fou en laine – Sister By Sibling / Col collier – Heaven Tanudiredja / Chemise blanche double col – Six Lee / Pantalon large – Franck Leder / Chaussures – Depression

 

L’un avait une Gitane coincée au coin du bec, la tête dans la lune, assis sur sa caisse de bois, quand l’autre s’était égaré dans une rue qu’il n’avait jamais traversée. C’est à ce moment-là que leurs regards se sont croisés… puis recroisés. Coup de foudre ? Ça n’existe pas. C’est une légende inventée par ceux qui pensent que leur destinée est trop banale. Coup de sang ? Évidemment. Violent coup de sang. Quand ça bouillonne dans   les veines et que la tête se perd à en oublier l’espace-temps. Un moment où la seule chose qui compte, c’est le fait que… leurs regards se soient croisés. Le blondinet l’a aimé tout de suite sans barrières, sans limites, sans concessions, sans cette architecture que veut dicter la société. Le ténébreux s’y est engouffré avec la même envie et une démesure réservée. Incontrôlable. Passion. Explosion.

 

Charlie: Chapeau melon – Mouton Collet / Chemise robe – a.Knackfuss

Jérémie: Pull bi matières – Ute Ploier / Chemise effet jean – The Soloist / Pantalon – Jan Jan Van Esche

 

Les choses étaient belles, il ne fallait pas s’effrayer. Ces enfants de la génération moderne ont correspondu avec la beauté des mots, la technologie remplaçant papier et plume. Longtemps avant que les lèvres ne deviennent plus farouches, longtemps avant que l’orgasme charnel ne devienne leur « on ». Ils se sont aimés. Oh oui ! Ils se sont aimés, les Amoureux d’automne… jusqu’à en crever. Toutes les rues par lesquelles ils sont passés devenaient colorées. Hasard de cette rencontre à une époque où les feuilles des arbres jaunissent et finissent par mourir ? Il n’y a pas de hasard. L’automne sera leur saison. Ces Amants se sont passionnés, trop vite, trop fort, sans se laisser le temps de voir le printemps. Le blondinet l’a noyé dans un bouquet d’amour trop frais, le ténébreux s’y est étouffé. Leurs regards ne se sont plus croisés, ils se sont fuis. Leurs corps ne sont plus réunis : ils se sont évadés, froids comme l’hiver qui approchait et qui applaudissait devant la catastrophe inévitable. Les Amoureux d’automne ne seront plus les passionnés de l’hiver. Ce n’est pas la faute du blondinet qui s’est abandonné. Ce n’est pas la faute du ténébreux qui s’en est allé. C’est la faute de cet amour, polisson, sournois et indomptable.

 

les-amoureux-d-automne

les-amoureux-d-automne

les-amoureux-d-automne

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Jérémie: Chemise verte imprimé – Henrik Vibskov / Pantalon beige – The Soloist / Collier Origami – GEM SESSIONS by Sayaka Yamamoto

Charlie: Pantalon imprimé fleurs – Swash / Bonnet pompon – Misu à barbe / Veste officier kaki – Frank Leder / chemise ivoire – Jan Jan Van Esche

 

Les blessures sont vives et ne cicatriseront pas. La plaie est béante. Ils montrent leurs larmes, appellent à l’aide, cherchent du secours… Ils n’en trouveront pas. Seul le temps possède la force maternelle de les bercer d’apaisement. Se retrouveront-ils ? Qui le sait ? La vie, les autres souffrances et blessures, les pleurs et les rires, les joies et les fiertés… Les autres amours, ceux de l’hiver, du printemps et de l’été. Les Amoureux d’automne se sont cassés mais ils continueront de s’aimer au gré des rues colorées… autrement, plus fort encore ? Pourquoi briser la beauté née de cette fatalité ? Un jour, ils guériront. Ensemble, ils trouveront le moyen de réparer l’éloignement qu’ils ont sans le vouloir eux-mêmes créé. Tant de vie quand la nature meurt ne pouvait pas simplement être le fruit d’une Gitane allumée sur un caisson de bois et d’une rue sans nom. Les Amoureux d’automne se croisent et se sourient. Les Amoureux d’automne ne s’oublient pas. Ils dansent autour des feuilles qu’ils ont vues tomber. Comment se séparer quand on s’est tant passionné ? Les secondes, les minutes, les heures, les années, les feuilles mortes et celles qui renaissent seront les réponses de ce conte, beau et fort, qui ne fait que commencer… Cette belle toile a déjà été peinte. Volupté.

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

les-amoureux-d-automne les-amoureux-d-automne

Charlie: Pantalon + jupe carreaux – Kokon To Zai / Chemise noire – Jan Jan van Esche / Epaulette céramique – Uncommon Matters

Jérémie: Manteau kimono bleu – Jan Jan Van Esche / Chemise blanche – Six Lee  / Chaussures à noeuds – Depression

 

Je t’aimerai jusqu’à la fin de ma vie, mon ténébreux. Quand les feuilles mourront de nouveau et qu’elles renaîtront, encore et encore… Peu importe qui nous deviendrons. Il n’y a pas de hasard à nos regards qui se sont croisés. Ton blondinet.

 

Cette série mode homme a été photographiée par: Jules Faure.

Mise en scène et stylisée par Cécile David.

Texte par Stèv-Romani-Soccoro.

 

Nous n’avons pas utilisé une quelconque mise en beauté car nos modèles étaient beaux, tout simplement. Ils n’avaient pas besoin d’artifices pour incarner ces amoureux maudits. Je les remercie d’ailleurs d’avoir pris de leur temps et de leur énergie pour nous accompagner dans ce projet. Je tiens à préciser qu’ils incarnent mon texte mais qu’en aucun cas celui-ci ne les représente : non, Jérémie Lapeyre, le chanteur de Loki Starfish, n’a pas eu d’aventure amoureusement tragique avec Charlie Coincoin, le seul étudiant en droit punk que je connaisse. Merci à RA et à son co-fondateur, Romain Brau. Ce texte est dédié à ma mère, Mireille.

 

Bien à vous.

Série mode: APOCALYPTIC

     19H38 on Friday 21 of december 2012.

 

In a century where everyone is scared of everything, in a year that everyone is telling us that it’s the end… when everyone is trying to run faster and try to achieve more than they want or should… Mohamed Ben Lajoie is a bad electrician… a dreamer they were saying since he was born. His life was maybe « metro, boulot, dodo » but his little star following him could tell us that Mohamed was maybe a very bad « day time worker »… But his dreams were one of a kind !

 

We are starting our story by this tragic evening ! Tragic because everyone believes and knows that tonight on this heavy date:

we will all die !

 

What’s behind the door ? This amazing moment of the day where you leave things behind and forget all the ugly accumulated in the day and close the door in front of your own world. This world that only you can build and that only the one you love can understand.

 

benjamin-dukhan

Overalls imprimé – Bernhard Willhelm / Chemise blanche – Juun.J / Collier col doré – Heaven Tanudiredja

 

What you wanna do is just put your over all Bernhard Willhelm on the floor and leave it at the door.

– « Light up a cigarette for me Bibouska please !!! »

– « And please run me a bath… I think it’s time for me to drop my Juun.J shirt and my mini Bernhard Willhelm short… »

 

benjamin-dukhan

Chemise blanche – Juun.J / Collier col doré – Heaven Tanudiredja / Micro short – Bernhard Willhelm

 

Bibouska is what happen when, your all life, none is here to understand or love you… ! We all have our Bibouska, she comes and go depending of how you feel. It’s not every day that two heart bit as one. Maybe Bibouska doesn’t have a heart but she is here when you need her .

Mohamed is an artist, it takes him 10 minutes to erase the past and invent the night ! He paints his evening with fashion and keep his canvas for himself. The self of his nights. Tonight for this special last night, every steps of his preparation will be thought and sketched few times in his mind before the great result. It’s with a neck piece from Charlie Le Mindu that you need to relax in a pink foam bath and take very important decisions. Like the shoes you are going to wear for your last night !

 

– « Bibouska !!! can you please show me my Depression shoes ? »

– « Hum.. Maybe i don’t wear shoes… « 

 

benjamin-dukhan

Camisole Cheveux – Charlie Le Mindu / Chaussures Noeud papillon à studs – Dépression

 
Mohamed Ben Lajoie had maybe horrible used finger but after a pink foam bath this body was delicious and desirable… This algerian beauty should dry under a Serkan Cura turban with a robe from Romain Brau with of course the must have for the perfect dry effect… some pure gold and crystal from Heaven Tanudiredja.

 

benjamin-dukhan

Coiffe en plume – Serkan Cura haute couture / Peignoir rebrodé – Romain Brau / Manchette perlée – Heaven Tanudiredja

 

NAILS !!!!!!

One wish per nail for this romantic end with him self…

1/ I wish to open my eyes tomorrow morning to a better world, where no judgment can hurt people and where love will drive any of our steps

2/ I wish one day he will come back to me realising i never want to hurt him and that all i wanted was to be happy with him.

3/ I wish my morning to be more easy to find the right head piece matching my tops.

4/ I wish to be able to sleep on roses without to smach them.

5/ I wish my friends would understand more who i am … i wish they could see me now !

 

Second hand !!! Dry precious nails…

benjamin-dukhan

Coiffe en plume – Serkan Cura haute couture / Peignoir rebrodé – Romain Brau / Manchette perlée – Heaven Tanudiredja

 

1/ I wish couture was not so expensive this way i could buy more Manish…

2/ I wish my mother would be still alive and would help me to dress myself tonight.

3/ I wish to drive an elephant in Paris .

4/ I wish the party « Mauvais Goût » of Monsieur / Mademoiselle was every week !

5/ I wish to not disapear tonight, to wake up tomorrow with still the Eiffel tower in front of my window.

 

benjamin-dukhan

Coiffe en plume – Romain Brau / Jupe brodée – Manish Arora

 

It’s with his wet foot that Mister Ben Lajoie got into a silk embrodered skirt from Manish Arora… a bit of mink, million of pearls and sequins were making sure that this skirt would be sensationnal !

Paris, my soul, my heart, my everything, look at me tonight and tell me: «  A demain! », tell me you love me and that nothing will change. You’ve been there since ever, the all world came to kiss your floor the best artists painted you, sang you and danced with you ! Where will we be if there is no tomorrow ?

 

« for things we loved that goes away »

 

This Photoshoot is the result of the work of Cecile David for the styling and organisation of the shoot.

Mister Benjamin Dukhan did model for us with his best.

Miss Harmony Hendrickx is the heroe of this shoot as a photographer.

Direction : Romain Brau

Styling : Cecile David

Model : Benjamin Dukhan

Photographer : Harmony Hendrickx

 

Writting you soon,

xxx. Romain Brau.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑