Club Couleurs: quand la radio devient art.

Ce n’est pas commun et c’est certainement pour ça que c’est extrêmement bandant : une émission de radio. Perso, je considérais jusque-là la radio comme un média un peu désuet : tu l’écoutes pendant que tu bois ton café, la tête dans le cul, ou sous la douche. Mais j’étais loin d’imaginer que le support radio pourrait devenir une œuvre autant graphique que musicale tout en étant polissonne et par conséquent cocasse. Club Couleurs : rien que le nom du nouveau petit bijou de Radio Marais évoque le plaisir.

 

club-couleurs-stéphane-reine-camille-blumberg

 

Alors, de quoi on parle exactement ? Sur leur tumblr (de toute beauté), on retrouve cette phrase : « Un camaïeu sonore au cœur de l’art contemporain, tous les mardis, de 10 h à 10 h 30 ». C’est ça, les informations sont bonnes. La description est fidèle. Mais le concept est beaucoup plus audacieux. Club Couleurs, c’est un univers léché graphiquement, parfois absurde dans le sonore, à caractère informatif, drôle et novateur et pourtant presque pointilleux. Le grand écart entre Gilbert & Georges et l’appel au musée du saumon sauvage à Pont-Scorff me fascinera certainement pendant les dix prochaines années. Pis bon, Gilbert & Georges qui chantent en interview pour un premier épisode, ils ne se foutent pas de nos gueules, quand même. C’est ça qui est assez cool : finalement, dans le sérieux comme dans l’incongru, il y a une prise de risque qui amène à se marrer. Du coup, c’est frais comme une Suze sur une plage à Trouville, un dimanche ensoleillé. On se sent bien avec cet art qui rigole et qui ne se prend pas la tête.

 

 

Après, il y a du génie dans le montage et les constructions sonores complètement improbables. L’échange entre les deux animateurs se confond aisément avec le reste de l’œuvre. Indissociable, la musique en est le fil conducteur. C’est très moderne et pourtant ça grésille rétro. Pis bon, je reviens là-dessus, mais la meuf qui raconte que dans son musée, à l’accueil , y a une expo de deux œuvres qui s’appelle « Comment sécher le calame géant par 10 000 mètres de profondeur », le tout avec une voie de speakerine, ça n’a pas de prix: c’est CULTE.

 

 

Le petit monde de l’art contemporain y est décrit avec ce brin de taquinerie qui manque encore terriblement dans ce milieu. Ça sent le vernissage au vin blanc et la faune bien cramée de Belleville. Des gens qui pourraient paraître impressionnants au premier abord et qui se voient décomplexés ici. Du coup, le résultat est un petit bout d’amour encore trop court. C’est les débuts, une seule émission disponible. Nous ne pouvons donc que vous conseiller de vous connecter tous les mardis à Radio Marais et de suivre l’art qui parle d’art en gommant tout le côté pompeux. Nos deux animateurs vous rappellent que l’émission est accessible aux daltoniens. Donc, vous voyez, tout le monde peut s’y mettre sans soucis. Comme le dit si bien Benjamin Horns dans un jingle endiablé de la première émission, ce n’est plus « Club Couleurs » mais « Club COOL-er ».

 

club-couleurs-stéphane-reine-camille-blumberg

Les deux animateurs fous! de Club Couleurs.

 

P.S. : Si malgré tout l’art vous dépasse, ils ne manqueront pas de répondre à toutes vos questions grâce à leur rubrique « Art en détresse ». La réponse à la première question était tellement hilarante qu’on ne peut que vous conseiller de vous lâcher –> clubcouleursradio@gmail.com

 

Club Couleurs, tous les mardis de 10h à 10h30 sur Radio Marais

Retrouvez Club Couleurs sur soundcloud, Facebook & Tumblr

 

Bien à vous.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑