Gagoug: le dieu de l’absurde.

Tu ne connais pas Gagoug ?! Alors tu as loupé ta vie à travers les Internet… Enfant absolu de la génération virtuelle, Gagoug a.k.a Peritel A.k.a Dj Dubois A.k.a Rémi Forcadell A.k.a… vogue autant de pseudo en pseudo que de création musicale loufoque en reprise démentielle et complètement improbable.

Alors que nous avons accueilli son physique d’adolescent sexy au festival de performance CRISIS, Gagoug a ému, touché et submergé son public d’une vague émotionnelle indescriptible qui faisait battre les petits cœurs, se dandiner les jolies fesses tout en amenant un rictus permanent.

 


 gagoug

 

Gagoug, c’est un concentré d’énergie un peu do it yourself qui amène la musique à un niveau de fraîcheur encore rarement expérimenté, là où l’intellectualisme arrogant n’a pas sa place. On est dans un univers complètement absurde où le « Lolita » d’Alizée se chante avec un morceau de baguette tradition dans la bouche, où Joe Dassin passe en mode électro et oui, on ira où il voudra quand il voudra, tant sa « mignonnerie » charme avec un naturel déconcertant.

Gagoug est sans aucun doute un poète des temps modernes, le Rimbaud 4.0 qui possède pour seule arme une créativité exacerbée. Il entretient une façon désinhibée de vous envoyer vers des contrées fantasques remplies de sourires, de couleurs et de bien-être. Il n’y a certainement rien à comprendre dans le traitement visuel de ses diverses activités ou dans ses histoires saugrenues en 3D, mais tout se prête à un sentiment de bonheur absolu et continu dans un monde où l’on parle bien plus des tragédies que du positif.

 

 

Mais finalement, c’est bien grâce à sa musique qu’il éblouit ! Moment de bonheur qui vous ramène presque à l’enfance avec son électro pop édulcorée sans prise de tête. Écouter Gagoug, c’est une évasion extrême vers un univers lointain, architecturé de toutes pièces par ses soins, où il fait bon vivre. Rien que le nom de certains de ses titres comme « Tous mes amis sont partis à la discothèque tandis que je reste chez moi » est représentatif d’un artiste loufoque qui fait ce qui lui plait… Le naturel, la franchise, l’honnêteté d’une personnalité comme la sienne sont la recette d’un succès qui subjugue. Avoir Gagoug dans les oreilles, c’est écouter du VRAI. Et PUTAIN que ça fait du bien. Pas de plan marketing ou com’ là-dedans, juste de la création pure, des envies et du plaisir qu’il partage sans concession, avec amour et avec une certaine modestie. Même les quelques problèmes techniques survenus lors de son concert ne sont pas parvenus à avoir raison de l’immense générosité qu’il possède sur scène. Il ne s’en rend même pas compte mais son espèce de mal-être est un atout qui le rend pur et par conséquent complètement hypnotique.

 

gagoug

 

Il nous a lu les textes de sa psy, a fait l’amour avec la scène en répétant 1 000 fois « confiance en soi » et on sent comme un exutoire dans son travail. Un travail personnel qui devient donc public. Ne doute plus de toi, Gagoug, ton fan-club est déjà bien chargé, envahi de garçons et de filles qui se nourrissent de ta folie. Nous te sommes reconnaissants de ce trésor qu’est ton soundcloud, comme des vacances perpétuelles… Comment te remercier de nous donner autant ? Nous sommes fans absolus, posons un genou à terre devant toi, ô dieu de l’absurde et du mignon le plus extrême. Notre cœur bat. Continue de nous éblouir, tu shine bien plus qu’un diamond… Gagoug, l’homme d’une vie.

Bien à vous.

(re)Think Fashion

 

Dearest readers,

 

YSLAW80Chalayan SS98

Yves Saint Laurent AW80, Hussein Chalayan SS98

 

 

The success of the countless exhibitions on and about fashion that are blooming all around Paris this month (Paris Haute Couture, Arrrgh! Monstres de Mode, Mannequin – Le corps de la mode, Futuro Textiles) got me thinking and seemed to underpin two whimsical assumptions of mine :

1. fashion entering the museums (fashion museums put aside) highlights the growing trend to ponder on its value as an art form and 2. people would be more keener to learn and think about fashion as a cultural object.

 


Yiqing Yin SS 2011 P2 06

Yiqing Yin SS11, Dior SS98

 

Does fashion tend to be regarded as art more than ever before ? Is the concept of « wearable art » still relevant today ?

 

Former exhibitions such as Impressionism and Fashion or Azzedine Alaïa in the 21st century – and mostly the latter – precisely aimed at juxtaposing art with fashion to underline the links between these two fields. Besides, and even more to the point, the incredibly successful Alexander McQueen exhibition at New-York City’s Metropolitan museum in 2011 was set in a way that clearly presented McQueen as an artist – a deeply romantic and tortured one – and his creations as genuine artworks, divided in categories that would probably have suited the paintings of a great master (Romantic Primitivism, Romantic Exoticism, etc).

 

AMcQueen F09 3 Jcdc F13 2

 Alexander McQueen AW09, JCDC AW13

 

Although all fashion cannot be considered as art (would we then exclude its purely commercial side – if it can be excluded ?), it nevertheless lends itself – to some extent, of course – to the same kind of analysis or criticism :

How « new » is the designer’s proposition compared to what has been created before ? To which movements and trends does it belong or allude to ?

What are the references that the designer drew inspiration from ? What does it say about the society it was created in and the people it was designed for ?

 

HERPEN

Comme des Garçons AW13, Iris Van Herpen AW12

 

If the bonds between fashion and art are sometimes obvious, when designing skills reach such heights or the garments are so rich in significance, the limits between the two often remain blurry. Are Kawakubo’s fashion shows considered and reviewed as fashion or art ? Probably as both. In the same way, Margiela’s meta-fashion approach to designing or Chalayan’s often-conceptual clothes are not dissimilar to the notions self-reflexive and conceptual art.

 

Westwood f12 Givenchy CTR F11

 Vivienne Westwood AW12, Givenchy Couture AW11

 

The question of fashion as an art form is a highly complex one and I do not wish to answer it here – nor do I have the skills or knowledge to do so. What I would above all like to bring to your attention is this increasing eagerness to look at fashion from new and different angles, to change our perspectives on fashion – which is a somehow refreshing prospect under the reign of almighty fast fashion. Plus, those exhibitions underline – whether deliberately or not – the value of storytelling in fashion, every fashion house being laden with nets of stories and symbols that are supposed to add an aura to the garments they create. And I sure love to be told stories…

 

Thom Browne S12 2 Ackermann F11

Haider Ackermann AW11, Tom Browne SS12

 

Baisers,

E.

Delicate immobility & Faint melancholy

 

I met up with Romain at the end of an unexpectedly warm winter afternoon and savoured a cup of bergamot tea while we talked about anything from French cultural heritage and so-called seapunk style to his inspirations and work process.

 

2.

 

Between two sips of tea and a cigarette, I recalled I had first happened upon his work a few years ago and something in it had instantly struck a chord. Was it the delicate immobility, the faint melancholy of his pictures – or perhaps the way he artfully captured light ? I may also have been seduced by the subtle duality of his work, which often blends the refined and the trashy, the quaint and the new… but was most probably touched by his genuine love of fragile, somewhat tainted beauty.

 

3.

 

Now a twenty-four-year-old student in fashion design at the Arts Déco, Romain tells me that photography will remain his own intimate form of art and that he is not that interested in making money from it – he would rather turn to art direction.

 

4.

 

Romain is passionate about art history and visual culture, seems to love music, and absorbs anything that, he feels, relates to his aesthetic universe made of little treasures and memories. He loves collecting tiny objects, fragments of old pictures, and other precious scraps that he then gathers in various notebooks for future use. For this protean artist, photography seems to be just another way to express the intricacies of his vision.

 

5.

 

Before creating a series of pictures, Romain always has a specific idea of what he wants to obtain. As his mental image starts shaping long before he actually shoots the series, he thoughtfully declares that his approach to photography tends to be more intellectual than intuitive and that he composes his pictures in the manner of classical painting. He knows what hues he is going to use, what shades he wants to conceal or enhance on the model’s face and, above all, how he wants the light to suffuse the scene. Romain will then revolve around his practically static model and take a few photographs, using one single roll of film.

 

6.

 

In spite of the somehow remote and ethereal quality of his photographs, Romain’s artistic sensibility remains very modern, and so is his recycling of internet culture as well as fashion and cultural undercurrents. He has also directed a few videos and, while he finds filming more difficult to handle, he is particularly eager to work with this medium, which he feels comes closest to the mental representations of our generation.

 

7

Hoping to leave you with the irrepressible desire to learn more about him, I wish you a lovely day.

8

Baisers,

E.

 

Find out more about Romain Le Cam here :

http://lecamromain.com

http://romainlecam.blogspot.fr

http://vimeo.com/lecamromain

Scraps : Cindy Sherman

 

Let me draw your attention on Cindy Sherman, a famous American artist whose work you’ve probably have heard about already since it was exhibited at the MoMA in NY last year and at the Gagosian Gallery in Paris last September – the former being a retrospective of her work and the latter a series of photographs in collaboration with Chanel.

 

CindySherman-Beauty-1-30012.cindysherman-marcjacobs

 

She also collaborated with the make-up brand MAC quite recently (that is in 2011), had previously team up with Juergen Teller (a great photographer I should write about soon) on a Marc Jacobs ad campaign in 2006, and worked for Comme des Garçons on another campaign in 1994.

 

tumblr_m2vw2melCa1qbkgbl

G03A07Untitled-299.1994_large

G04A07Untitled-91.1981_large

 

Having said that, besides her fashion-related body of work, she has created striking pictures addressing such fascinating matters as identity, femininity and the way it is looked at, aging, myths and fairytales, sex, and the abject (aka what you don’t really wanna know / would rather ignore about your own body).

 

G09A05Untitled-415.2004_large G07A15Untitled-225.1990_large G01A06Untitled-153.1985_large

 

Two things you must know about her are that her photographs are always untitled and that she has always been working on her own and on herself, entirely creating her uncanny characters, taking the pictures and editing them in her New-York-based studio.

 

img-cindy-sherman-1_175413272567 G08A08Untitled-397.2000_large

Now, take a close look at the pictures I gathered for you here.

 

Baisers,

E.

Les fleurs épineuses.

THOMAS LOURIÉ X MONSIEUR / MADEMOISELLE.

 

C’est une belle journée pour vous livrer notre collaboration avec l’artiste Thomas Lourié. Il y a une sorte de mélancolie dans l’air qui s’acoquine dignement avec cette vision poétique, romantique et un brin sombre de Monsieur/Mademoiselle…

La première fois qu’on a croisé le chemin de Thomas Lourié, c’était dans le sud de la France : beauté ténébreuse de brun racé et regard perçant. Il y a quelque chose d’intrigant chez ce garçon, surtout qu’il a l’air tout le temps « ailleurs », ça accentue le mystère… Pas de doute, nous ne pouvions avoir affaire qu’à un artiste. Fidèle compagnon de notre maître-à-penser mode, il ne pouvait en ressortir qu’une collaboration entre nous. Comme si on avait rencontré Ginsberg et Orlovsky, qu’ils faisaient partie de nos vies et que l’un deux avait décidé de faire un cadeau poétique à ce magazine… Le tout était de savoir sous quelle forme.Les artistes, les vrais, ceux dont il fait partie, sont difficiles à cerner, à apprivoiser. On ne sait jamais ce qui va sortir et quand ça va sortir…

Aujourd’hui, après avoir pris une trempe en pleine gueule avec l’annonce de la collaboration entre la Maison Martin Margiela et Honte & Misère, son travail nous est apparu comme une évidence. Il nous fallait quelque chose de beau pour le simple plaisir que ce soit beau. Il nous fallait quelque chose qui vienne du partage pour nous remonter un peu le moral…

Les fleurs de Monsieur/Mademoiselle sont épineuses mais simplement pour diffuser de son pétale en cœur un nectar rempli de conviction. Monsieur Lourié a certainement compris que notre tendance à ouvrir notre gueule comme des poissonniers n’était pas une envie de vous agacer ou de vous importuner mais bien une façon de faire passer un message auquel on tient plus que notre garde-robe. Alors oui, c’est un beau jour pour vous offrir ces fleurs… Un jour où ne veut / peut plus défendre une mode qui ne fait que produire sans cesse, s’acharnant contre une planète déjà suffocante. Il nous tarde de connaître le temps où une griffe à l’image internationale prendra ses couilles entre les mains pour stopper le carnage parce qu’elle ne sera plus dans la course du toujours plus de fric. Il nous tarde le jour où une marque de renom créera à échelle humaine une mode saine et respectueuse.

La Maison Martin Margiela, icône absolue qui a marié la créativité aux mystères et à ses beautés, s’est vendue… Ça scotche autant que ça attriste. Si aujourd’hui Rimbaud vivait, vendrait-il ses poèmes pour des scénarios à TF1 ? Nous avons l’impression que c’est le même concept… Tout ça est très navrant, désolant, horripilant. Ce qui est rageant devient lassant… Ça ne nous donne plus envie… du tout. Alors, vous nous direz : « Ben, arrêtez et ne nous faites plus chier, bordel ! ». Vous avez peut-être raison. Et pourtant, quand nous voyons les bouquets de fleurs que certains artistes sont capables de nous offrir, on a encore envie de croire qu’il est possible de changer les choses, de montrer que ce dont on parle est important.

Alors, pour finir et avant de remercier Thomas Lourié pour ce superbe cadeau rempli d’amitié, nous ne citerons qu’une seule phrase d’André Gide :

 

« Je n’écris plus une phrase affirmative sans être tenté d’y ajouter : peut-être. »

 

Thomas Lourié x Monsieur Mademoiselle
Thomas Lourié x Monsieur / Mademoiselle

 A bientôt et merci Thomas pour nous offrir de belles choses en ces temps moroses…

Bien à vous.

Dans la famille arty, on voudrait les tontons

 

Maintenant occupons-nous des Tontons Racleurs ! Qui sont vraiment les Tontons Racleurs ? Alors, la première fois qu’on a parlé d’eux en réunion de rédac, il y a une pote qui nous a répondu : « Mais pourquoi vous parlez encore de porno alors qu’on essaye de créer une mini-collection ? ». Anecdote à noter, étant donné qu’on la trouve très drôle. Non, « Tontons Racleurs » n’est pas le nom du syndicat de l’industrie du charme mais bien un collectif de sérigraphie.

 

 

Par contre, on peut le dire, on n’avait pas vu ça depuis Charmed. Oui, eux aussi ont le pouvoir des trois et chacun d’entre eux possède des dons artistiques surnaturels. Deux garçons, une fille, des milliards de possibilités. Tous les trois graphistes, tous les trois sortis de l’ERG, tous les trois ont étudié la sérigraphie comme une option devenue spécialité.

 

 

Ils se sont réunis en collectif pour nous offrir tout ce qu’on aime : de l’art du vrai, abordable sur fond d’inspiration inédite et complètement nouvelle. De-ci de-là, ils disséminent l’univers de leur caboche sur T-shirts, sacs mais aussi cubes (oui, des cubes), bouquins, stickers, cartes postales, on en passe et des meilleurs. Du coup, ils se sont imposés à nos yeux comme les experts incontournables pour ce projet. D’autant que la mode qu’ils produisent est celle qu’on aime : artisanale parce que faite à la main, en petite série donc ultra limitée, donc ANTI fast fashion, et surtout avec une qualité qui ferait péter les plombs à l’équipe couture de chez Dior.

 

Avec Les Tontons Racleurs, ça ne rigole pas ! Ce sont des P.R.O.F.E.S.S.I.O.N.N.E.L.S.

 

Si on devait comparer cette collection à… on ne sait pas… Kate Moss pour Topshop, par exemple… Non, c’est nul comme comparaison. Hum… disons… Sofia Coppola pour Vuitton (c’est plus chic), eh bien, nous, on serait Sofia, la tête pleine d’idées qui fusent mais complètement inapte à les réaliser, et eux, ce serait toute l’équipe autant créative que les petites mains qui réalisent. Tandis que Maud Dallemagne nous a avertis que le classique tee-shirt était plutôt rêche et ne faisait pas de belles poitrines aux demoiselles et que par conséquent un tri-blend serait plus adéquate, Pierre-Phillipe Duchatelet s’occupait de mettre en forme visuellement nos idées les plus folles… Dieu sait qu’ils en ont chié avec notre état d’esprit « bonjour, je suis Sofia « dieu de la mode » Coppola ».

 

 

Mais ils ont tenu bon et finalement, c’est avec fierté qu’on s’est retrouvés avec cette micro-collection faite à la main (on se répète mais on tient à insister), originale, portable, très douce et de très bonne qualité (merci Maud), qui vieillira bien. Grâce à leur amour du travail bien fait, Les Tontons Racleurs nous auront offert un rêve qu’on voulait réaliser depuis longtemps sans jamais pouvoir espérer y arriver vraiment.

 

 

Le tout pour un prix plus que démocratiques parce qu’ils n’abusent pas eux-mêmes au niveau de leur coût de production. Finalement, on n’a pratiquement rien fait puisqu’on s’est laissé guider par ce collectif qui en a dans le bide. Conclusion : on leur doit beaucoup beaucoup ! Alors, on se plonge dans leur univers assez féerique mais pas gnangnan pour un sou et on « check » leurs site Web pour être au courant des prochains événements des Tontons, actuellement en résidence artistique au Recyclart. Non seulement ça vaut le coup visuellement parlant, mais en plus on ne vous raconte pas la valeur ajoutée pour votre ego arty (hihihi)  ! Ça vaut quand même mieux que de passer sa soirée à une énième ouverture de boutique moisie dans la rue Neuve.

 

 

 

Quoi qu’il en soit, sans eux, pas de micro-collection! On les encense parce qu’ils regroupent tout ce dont on a besoin pour aller plus loin dans une idée. Grâce à eux, Monsieur/Mademoiselle est un webzine qui ne fait pas que du webzine. Les Tontons Racleurs ? C’est nos tontons (et tatas) préférés dans notre grande famille de la mode ! MERCI pour ce beau cadeau de Noël en juillet. On vous aime.

 

 

 Bien à vous.

FLY 16×9 ou quand nos yeux en prennent plein la tronche!

« THE FIRST FULLY DIGITAL FASHION MAGAZINE WHERE MUSIC MEETS ART MEETS VIDEO. » _ Style.com

Quand il y a des choses belles, des choses qui vous excitent, des choses qui vous rendent hystériques, il faut les partager.

Aujourd’hui c’est le site FLY 16×9 que j’aimerais partager avec vous. Ce site, ou plutôt cette plate-forme multi-culturelle, est une sorte de webzine mêlant vidéos, art et mode. Une chose vue et revue me direz-vous! Eh bien moi, je vous dis NON!

FLY 16×9 a une façon bien particulière de traiter les choses. Il y a en a pour tous les goûts, mais à la différence des autres plates-formes artistiques traitant principalement de mode, celle-ci possède une esthétique démesurée qui ne laisse personne indifférent. Les traits, la couleur, la forme, tout est vivant. Ca vous donne automatiquement l’envie de récurer votre appart si vous êtes Micheline de Châlon-en-champagne, ou de vider vos armoires pour réétudier tous vos looks, un par un, si vous êtes plus une modasse d’Anvers.

FLY 16×9, c’est une pile, une batterie: ça électrise. C’est un concentré de belles choses savamment montées qui rendent à la mode ses lettres de noblesse. La mode, trop souvent critiquée pour sa superficialité, prend un tout autre sens, érigée ici au véritable rang d’art moderne. Et quand on aime la mode, on adore voir qu’elle est traitée avec respect, qu’elle peut aussi être hautement considérée. La mode en tant qu’art, c’est le pari divinement réussi de FLY 16×9.

 

Quand la mode, les arts visuels et FLY 16×9 réalisent une vidéo pour une fête de charité: ça donne ça et tout le monde a envie de sortir sa plus belle culotte…

 

www.Fly16x9.com

Bien à vous.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑