OTTO and his punks: quand Charlie Le Mindu reçoit.

Otto-and-his-punks-charlie-le-mindu
 
On ne s’attendait à rien. Une soirée comme les autres entre un épisode d’Utopia, un bon gros pétard et des kilos de bonbons en guise de câlins placebo. Bon, faut pas déconner, on savait qu’à 22 h, on allait se faire couper la tignasse par Charlie Le Mindu. Excitation intense quand même, ce n’est pas tous les jours que l’icône de la Haute Coiffure touche à notre capital séduction. Mais on ne s’était pas vraiment renseignés sur le sujet, le lieu ou le concept, certainement aveuglés par le chic d’un doigté Le Mindu.
 
Otto-and-his-punks-charlie-le-mindu
 
On s’y rend donc à ce Lapérouse, 51 quai des Augustins. C’est bien là ? Ça a l’air tellement guindé ! Et c’est là que tu te retrouves con, en jean baskets blanches pourries, pull à l’effigie d’une quelconque poufiasse Disney. Cliché d’avoir pensé que Le Mindu ne pouvait nous recevoir que dans les affres d’un hangar indu embué par la musique électronique. J’ai eu honte quand j’ai passé la porte mais une fois franchi l’épais rideau qui sépare l’entrée du bar… BADABOUM ! On ne pense plus à la façon dont on est habillé ou même à l’étroitesse dont notre cerveau peut faire preuve un nombre incalculable de fois ; on est subjugués.
 
Otto-and-his-punks-charlie-le-mindu
 

Honte à moi ! Je ne connaissais pas Le Lapérouse, institution parisienne de la bonne bouffe à la sulfureuse réputation depuis bientôt 250 piges : les murs y transpirent l’histoire. Une chape tombe quand on rentre dans la pièce, comme une transposition dans une autre époque. On est dans un Paris qui a tout vu et surtout tout vécu. La prédominance rouge donne ce goût d’érotisme à des murs qui sentent la cigarette et le whisky fumé. Les rumeurs et légendes du lieu se chuchotent tandis que les barmans ont l’air irréel de beauté dans des chemises blanches impeccablement repassées. On n’ose presque pas bouger tellement c’est mirifique. Vin rouge ! Que boire d’autre dans ce lieu qui pue la France par tous les pores…
 
Otto-and-his-punks-charlie-le-mindu
 
Étonnamment, l’atmosphère devient vite partageuse non pas à cause des effluves d’un bon vieux côtes-du-rhône mais simplement parce que la population est cool. Eh oui ! On oublie trop souvent qu’il n’en faut pas plus. Des gens cool, qui parlent entre eux, peu importe leur gueule, leur couleur, leurs vêtements ou je ne sais quels autres fantasmes de tribu. Celle de Le Mindu n’a pas de jugement, on est tous ivres dans ce lieu splendide et cela suffit à rire le long des quais.
 
Otto-and-his-punks-charlie-le-mindu
 
Mais alors, que deviennent nos cheveux après trop de vin et la rencontre de la fille la plus sublime que la Terre ait jamais enfantée (pas conne et tellement gentille de surcroît) ? Un éphèbe streetwear dans ce monde de boiseries et de tableaux de maîtres vous embarque dans les petits salons bourgeois pour vous faire atterrir dans un Pop-Up salon de coiffure « plus punk tu meurs ». Un Charlie Le Mindu bouillonnant de créativité, une performeuse maquillée intégralement de noir avec couette blonde façon petite fille en hôtesse d’accueil et… pourquoi prendre de la drogue quand on peut vivre ce genre d’expérience ? C’était visuellement et émotionnellement d’une rare intensité tout autant que d’un surréalisme poétique à en perdre les notions de la réalité …
 
Otto-and-his-punks-charlie-le-mindu
 
Pis bon, première édition : un des membres de La Femme, Vava Dudu et Jackson (L’AMOUR pour toujours) and His Computer Band aux platines : autant dire que l’orgasme était AUSSI auditif. Le contre-choc des époques, la créativité musicale, les gens baignés dans une énergie positive, le lieu indécemment élégant et tellement historique, tous ces facteurs t’amenaient à sortir de là en te demandant ce qui t’était vraiment arrivé !
 
Otto-and-his-punks-charlie-le-mindu
 
Arf ! Ce fut une de ces incroyables soirées où, quand tu te retrouves avec l’immensément poli chauffeur Ûber, tu regrettes que ce soit déjà passé… Remercions les dieux de la nuit,  ce n’était pas un one shot : RENDEZ-VOUS À LA PROCHAINE! Qui n’a pas envie de vivre dans un rêve éveillé?
 
Otto-and-his-punks-charlie-le-mindu

 

Bien à vous.

Envie de réagir ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑