Mon idée de la télévision

10 ans que je n’ai plus cette chose noire rectangulaire qui fait du bruit et de la lumière. Je n’en veux pas car le rectangle prend de la place, il s’impose trop dans mon espace et c’est moche. J’ai pris soin d’organiser soigneusement mon intérieur et il est hors de question d’accepter que cette grosse tâche de parallélépipède vienne gâcher mon harmonieux mélange décoratif. Je dois toutefois admettre qu’à un moment donné, j’ai eu envisagé l’acquisition d’une chose cathodique joliment ancienne mais en y réfléchissant c’est quand même énorme et c’est bien plus rigolo dans une installation artistique quand il y en a des lignées de ces cathodes et qu’elles diffusent en continue des images de peuples primitifs en train de se vider de leur sang rapport aux indiens d’Amazonie qui se font repousser de leur territoire et qui… bref.

 
Television-installation-art

 

En plus pendant les déménagements c’est la première qui tombe dans les escaliers et en plus, en fin d’année il faut payer la redevance et on a oublié donc on est à découvert, on paye des agios, on finit par être interdit bancaire et là c’est le mitard. Et moi je n’ai pas spécialement envie de dormir sur un lit couinant, ni de devoir jouer au basket dans la cours car j’abhorre les jeux de ballons depuis toute jeune (le volley ça fait mal aux mains quand on tape, vraiment je vois pas l’intérêt), ni m’infliger chaque jour l’épreuve du réfectoire. De deux choses l’une : d’abord la nourriture est y immonde, je le sais car on le dit, or j’ai un palais d’une extrême délicatesse qui ne tolère que les mets raffinés et très chers comme par exemple le homard de Bretagne, les truffes blanches d’Alba ou le foie gras d’oie d’Alsace et ensuite la perspective de tenir quotidiennement un plateau d’y placer systématiquement une cuillère, une fourchette, un couteau, un verre tout rond et tout moche, et de se faire reluquer le contenu ensuite composé, m’est insupportable. Je trouve ce genre d’œillades déplacées et ce voyeurisme de plateau intolérable. Non vraiment la prison c’est pas pour moi. Je n’aurai donc jamais de télévision.

 
cantine_7

 

Outre ces raisons tout à fait bonnes et légitimes, il en existe d’autres certes plus secondaires mais qui méritent d’être évoquées : la qualité des programmes et de l’information. Un jour que j’étais en vacances chez le paternel qui lui possède le rectangle parlant, je me suis laissée aller à quelques visionnages. J’ai commencé par les bases car les lacunes télévisuelles accumulées lors de cette dernière décennie sont relativement nombreuses. Alors j’ai repris du tout début… le journal… le 20h… Nous sommes en hiver, c’est présentement les vacances de février pour la zone A et B ou B et C ou … satanées zones, ça me met toujours dans un embarras pas possible ce système de lettres et de géographie de vacanciers, un beau jour je gage que cette histoire d’alphabet finira en guerre de gang… en bain de sang… Moi je me range du côté des A, la sonorité et la plastique de cette lettre en impose. Je n’ai en revanche aucune confiance en la lettre B, son galbe et ses vibrations m’évoquant d’avantage la buse, la bourrique ou le benêt.

 
laurent-delahousse-20-h

 

Bon je disais donc que c’était les vacances de février et Les « Vacances à la neige » faisaient les gros titres, ce n’est pas comme si il se passait de vilaines chose en Ukraine à ce moment là. Le reportage était affligeant, sa durée indécemment longue et son contenu d’une indigence injustifiable. Choses ô combien étonnantes, il neige en montagne en février, les routes sont encombrées et les flocons ça rentre dans les yeux. Passées ces révélations, le journaliste interroge diverses personnes (visiblement d’origines socio-culturelles variées, l’inverse aurait fait mauvais genre) sur leur difficulté à installer les chaines sur les pneus de leurs automobiles. Tous s’accordaient à dire que la tâche était ardue et que le temps sacrifié à l’attelage de la guimbarde valait bien une récompense alcoolisée et alimentaire comme un bon vin chaud et une succulente fondue savoyarde. Tchin ! (plan rapproché sur les mains des amis en train de trinquer et de tremper leur bout de miche campagnarde dans le soupon à fromage puis travelling arrière sur la maisonnée la nuit tombée).

 
chalet-neige

 

Ensuite ils ont voulus me faire avaler une chronique indigeste sur la reconstitution de la bataille de Waterloo … ou non de Leibzig (celle-ci étant plus confidentielle, j’imagine qu’ils pensaient intéresser un public d’érudits), un pauvre hère grimé en Napoléon feignait vainement de rassembler ses troupes en haranguant des chalands en cuirasse. Il me semble qu’après ils ont abordé le sujet des intempéries et là, je me suis évanouie. L’émission vers laquelle mes errances cathodiques m’ont ensuite conduite est indéfinissable: vraisemblablement un jeu de M6 ou D8 vu le contenu d’une bêtise abyssale. J’espère avec toute ma sincérité que le présentateur est grassement récompensé pour cette accablante besogne (par là je veux dire que le bonhomme est payé en quintal de saindoux). Je ne sais de quel cerveau pervers, dérangé, atrophié est sorti ce concept mais son autopsie est selon moi d’utilité publique.

 
leiptzig-bataille

primate

 
En voici son mécanisme (enfin façon de parler car l’idée du mécanisme implique en amont une certaine forme de réflexion et de raisonnement, deux notions qui sont logiquement absentes du projet) : 2 équipes ou « teams » composées de 4 à 5 individus appartenant visiblement à l’espèce des primates s’affrontent sur des sujets… sur des sujets… des sujets… Pauvres âmes condamnées aux limbes de l’imbécilité. La victoire revient à l’équipe qui aura su reconstituer chronologiquement la frise picturale d’une vedette : une petite dizaine de photos impliquant les Reines de la pop Madonna et Gaga (collées de façon hasardeuse sur de maigres supports cartonnés) à ranger de la plus vieille à la plus récente sur de gros chevalets. Bien sur toute cette mascarade est chronométrée et les anthropoïdes s’agitent bêtement d’un chevalet à l’autre pour déplacer les cartonnades, entre temps ils appuient sur des gros boutons qui font du bruit et à la fin ils font des mouvements étranges en faisant mine de tracer des formes cylindriques avec leurs avant-bras et d’esquisser des cercles concentriques avec leur fesses. D’autres balancent leur bras droit sur leur front en glapissant. J’en ai déduis que ceux qui bougeaient leur postérieur étaient les vainqueurs. Je ne pourrai malheureusement pas compter la fin de l’histoire, ma narcolepsie ayant repris à ce moment précisément. Je suis une personne qui somatise. Je ne sais pas comment les remueurs de croupe ont été récompensés mais j’imagine un dénouement assez burlesque impliquant des végétaux, un orgue de barbarie et des cracheurs de chocobon… Vive la télévision…

 
television

 

xxx. Aurore.

Envie de réagir ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑