Madame Pouzieux, la seule et unique idole de la rédaction!

Madame Pouzieux est passementière pour la haute couture Chanel depuis 1947. Chanel lui a envoyé plusieurs stagiaires qui n’ont jamais réussi à percer tous ses mystères. Madame Pouzieux n’en a rien à foutre de la maison Chanel et doit rentrer ses foins parce que demain il pleut. D’ailleurs, elle ne va pas être aimable. Madame passe quinze jours sans dormir et quand un Loïc Prigent, étonné, demande : « Comment vous faites ?! », elle lui répond : « On n’a que les limites qu’on se donne ! ».

 

On avait déjà un parrain, il fallait qu’on vous présente notre incroyable idole ! Fraîche et dynamique, madame Pouzieux nous prouve que la mode est un art à part entière. Mais comment fera Chanel quand madame Pouzieux, 75 ans, qui a rencontré Mademoiselle Coco, la rejoindra dans un autre pays ?

On ne veut pas le savoir. On vous aime, Madame Pouzieux. On veut bien venir faire des stages chez vous, secrets dévoilés ou non.

 

Et comme d’habitude, on dit merci qui ? MERCI LOÏC PRIGENT…

ET VIVE MADAME POUZIEUX!

 

11 commentaires sur “Madame Pouzieux, la seule et unique idole de la rédaction!

Ajouter un commentaire

  1. >Mademoiselle Pouzieux a aujourd'hui 82 ans, elle continue la passementerie pour Chanel, avec de maigres commandes.. Elle vient de perdre une partie de sa vie.. et il n'est pas sûr qu'elle puisse continuer à assurer sa passion, les chevaux.
    Comment l'aider avant qu'elle ne rejoigne Mademoiselle Chanel ?

  2. >Je ne sais pas! Vous avez des idées? Ça me touche ce que vous dites là… Y a-t-il déjà moyen de la rencontrer? Vous avez des idées pour l'aider?

    xx

  3. >eh bien, je veux bien y aller chez madame Pouzieux si elle le veut bien, gratuitement, je rentrerai le foin, soignerai les chevaux et veillerait la nuit à son métier à tisser les galons.et peut-etre m'apprendrait t elle le métier.
    Quand un ancien s'en va, on dit que c'est une bibliothèque qui brule! ce serait dommage qu'elle s'en aille sans avoir transmis son savoir ne trouvez-vous pas?

  4. >Je suis totalement d'accord avec vous Guy! Le seul problème, c'est que j'ai beau chercher, je n'arrive pas à la joindre… je vous avouerais que je n'ai utilisé que les voies classiques (annuaires, internet, …) et que je pourrais y mettre un peu du mien pour contacter les producteurs de l'émission. Il est vrai que le reportage date maintenant et je ne sais pas vraiment où en est Madame Pouzieux. Je rentre sur Paris début janvier et je vais mettre tout en oeuvre pour la retrouver… je vous tiens au courant!

  5. >tres triste du deces de mademoiselle pouzieux c'etait une petite femme tres courageuse une vraie passion pour son metier et ses chevaux. j'ai eu la chance de la connaitre et de travailler avec elle avait des doigts de fee.quelle se repose enfin ou elle est

  6. >il faut aider les personnes qui luttent pour sauver ses chevaux qui sont sans maitresses maintenant que vont ils devenir.voir l'article dans l'eclaireur du gatinais du 14 fevrier 2011

  7. >il faut aider les personnes qui sont avec ses chevaux en ce moment car il n'ont plus de maitresse on ne peut pas laisser les chevaux de mademoiselle pouzieux aller a l'abatoir voir l'article de l'eclaireur du gatinais du 13fevrier 2012

  8. >Non, pas l'abattoir ! Ils étaient trop précieux pour elle, des animaux de haute lignée, finir en steaks hachés…, quelle horreur ! Le neveu d'Elisabeth, cavalier émérite et qui aimait tant les chevaux lui aussi, ne peut-il rien pour empêcher cela ?
    (Nous n'avons pas pu trouver l'article cité + haut)
    Que deviennent les métiers créés par Raymonde ? Est-ce que quelqu'un les reprendra pour les mettre dans un musée et illustrer ainsi le métier de la passementerie qui vient de perdre une illustre et passionnée, mais combien modeste, représentante ? Et tous ses petits trésors qu'elle aimait montrer avec gourmandise ?

Envie de réagir ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑